Plus tu en as, plus tu en veux

Les médecins ont définitivement le don de se faire aimer. De la formation en Thaïlande, c’est la dernière activité qu’ils ont trouvée pour parfaire leurs connaissances. Pas à Chibougamau durant les gros mois d’hiver… non, non, la Thaïlande, une destination paradisiaque, rien de moins, et pendant une forte période d’activité grippale ici. De quoi pogner une grosse diarrhée.

Cette escapade nous coûtera, à nous les CONtribuables, plus de 2 000 $ par tête de toubib. Comme leurs incorporations leurs permettent déjà des déductions fiscales appréciables, la vie est belle.

D’autant plus que sur les deux semaines de « formation », ils n’auront que 6 demi-journées pour « s’instruire ». Le paradis quoi ! Une autre preuve que plus tu en as, plus tu en veux.

Antoine Robitaille, blogueur au Journal de Montréal, en a fait le sujet de son article le 1er novembre dernier, qui rejoint ma pensée. C’est le texte que je partage avec vous aujourd’hui.

LA SALADE THAÏE DU DOCTEUR GODIN Antoine Robitaille

Dans les publications destinées aux médecins, on va sans doute encore jouer aux victimes et crier au « docteur bashing ».

Mais le premier ministre Legault et sa ministre de la Santé, Danielle McCann, ont eu raison hier de se dire « choqués » par l’affaire des informations pour médecins de famille en Thaïlande, présentée jeudi dans nos pages par la collègue Geneviève Lajoie.

Que les médecins participent à des congrès scientifiques ou de perfectionnement est évidemment une excellente chose, et cela peut très bien se produire à l’étranger.

TOURISME

Mais nous sommes ici dans un autre cas de figure. Le voyage en Thaïlande de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) est clairement une aventure touristique déguisée en congrès de « formation ».

Deux semaines de voyage à être dorlotés : six demi-journées de « formation », notamment au sujet des « nouveautés en diarrhée du voyageur ». (Je ferai de la rétention d’humour, ici.)

Chose certaine, à la période où aura lieu ce voyage, début janvier, on risque, au Québec, d’être en pleine saison de la grippe. Pendant que 40 médecins profiteront d’un « bain de pieds » dans les sources d’eau chaude près de la ville de Mae Sai, bien des Québécois poireauteront comme des imbéciles aux urgences du Québec, dans un bouillon de culture bactérienne.

DES SALADES

Il fallait entendre le docteur Louis Godin, hier au micro de Dutrizac à QUB radio, justifier laborieusement ce périple asiatique auquel lui-même participera. Et où il donnera une formation sur « La réalité de l’évolution de la pratique médicale au Québec », qui ne nécessitait aucunement l’orgie de production de gaz à effet de serre aériens qu’occasionnera ce déplacement.

Ces voyages, ajouta-t-il, peuvent ouvrir les yeux des médecins sur d’autres modes de rémunération, notamment celui de la capitation auquel songe le gouvernement.

Il justifiait du reste une des activités, la « visite d’un orphelinat à Bangkok », en soulignant que dans leur pratique, les médecins québécois ont parfois à accueillir des enfants venant de l’adoption internationale…

Croit-il vraiment à ces salades ?

Au fond, c’est la ministre McCann qui a pointé l’épicentre du problème soulevé par cette affaire : « On sait que les médecins ont des déductions fiscales quand ils payent pour l’hébergement, le transport (pour un voyage relié à un congrès de formation) ».

FAUX TRAVAILLEURS AUTONOMES

Voilà : les médecins sont déjà de faux travailleurs autonomes à qui l’on a permis par surcroît, il y a quelques années, de s’incorporer !

Contrairement à tous les autres travailleurs autonomes, ils ont le privilège de n’avoir qu’un seul et unique employeur. En plus d’être parmi les professionnels les mieux rémunérés de la nation, ils reçoivent plusieurs coups de pouce financiers de l’État pour leur permettre de soutenir des dépenses professionnelles élémentaires, telles les assurances.

Est-il vraiment capital, en plus, de consacrer des fonds publics pour leur permettre de faire du tourisme de « formation » digne de celui qui a rendu célèbres nos glorieux commissaires scolaires ? Non.