Des changements urgents s’imposent pour les CHSLD

S’il y a un point positif à cette pandémie, c’est qu’elle aura permis d’étaler au grand jour les lacunes de nos CHSLD. Y-aurait-il plus de « chefs » que d’« indiens » ?

Il y a assez longtemps qu’on en parle et qu’on en parle, il est temps de passer à l’action dans les CHSLD. Les dernières atrocités dévoilées sont la goutte qui a fait déborder le vase. Des CHSLD comme le Herron, doivent appartenir exclusivement à l’État. Plus aucun de ces centres privés ne doit plus jamais exister.

Nos bâtisseurs du Québec moderne ne méritent pas pareille fin. Ils doivent être traités comme des héros. On a tous une large part de responsabilités dans ce qui arrive. Combien de fois avons-nous dénoncé que les « vieux » dans ces résidences ne reçoivent pas de visites, sont oubliés ? Le gouvernement doit y voir, et dès HIER. C’est capital qu’on priorise ce dossier.

Hier, Richard Martineau y allait d’un article choc et dégoûtant, dans le Journal de Montréal, qui décrivait l’horreur qu’ont fait subir à leurs résidents ces administrateurs, plus friands d’argent que de donner des soins exceptionnels et surtout humains. Comment peut-on en être arrivé si bas. Une réforme complète s’impose, et pas dans 10 ans… maintenant ! C’est le texte que je vous propose aujourd’hui.

COMMENT SOMMES-NOUS TOMBÉS SI BAS

Connaissez-vous Jean Bottari ?

Ex-préposé aux bénéficiaires, monsieur Bottari est souvent invité dans les médias pour parler du traitement des aînés dans les CHSLD.

C’est un homme calme, qui ne s’emporte jamais, quelle que soit la situation qu’il doit commenter.

Voici ce qu’il a écrit sur sa page Facebook hier.

« Je dénonce le sort peu enviable que doivent vivre les bâtisseurs de notre société. J’en ai vu et entendu, des choses depuis 20 ans. Il faut croire que je suis à bout, car je n’ai jamais pleuré comme je le fais en regardant les reportages portant sur la Résidence Herron.

La tristesse et la colère m’envahissent. Sans compter ce sentiment d’impuissance. Je suis désolé de partager ainsi mes états d’âme. Ce n’est pas dans mes habitudes. »

« UN CAMP DE CONCENTRATION »

Mercredi, une journaliste de City News a interviewé une ex-infirmière qui a répondu à l’appel du premier ministre Legault et a décidé de mettre l’épaule à la roue afin d’aider les malades.

Elle a travaillé à la Résidence Herron, à Dorval. Ce qu’elle a vu l’a traumatisée. « J’ai craqué et je ne cessais de pleurer. Je sens encore l’odeur de l’urine et des excréments qui maculaient les matelas des résidents… »

On utilise souvent l’expression « histoire d’horreur » dans les médias. Mais cette expression n’a jamais été aussi appropriée que maintenant. Ce qui s’est déroulé au CHSLD Herron (une résidence « de luxe » où le coût du loyer pouvait aller jusqu’à 10 000 $ par mois) est horrifique. Odieux. Obscène.

Indigne d’une société qui se dit civilisée.

Deux préposés pour 134 lits. Des résidents tellement déshydratés qu’ils n’arrivaient pas à parler. Un homme qui avait trois couches pleines, l’une par-dessus l’autre. Des vieux qui macéraient dans leurs excréments depuis trois, quatre jours. Des gens qui étaient tombés en bas de leur lit. Des morts. « Un vrai camp de concentration », a dit un témoin rencontré par The Montreal Gazette.

UNE HONTE

Devant un tel enfer, on est sans mot. Comment sommes-nous tombés si bas ? Sans que personne – propriétaire, employés, proches des résidents – n’alertent les autorités ?

Ça fait longtemps qu’on sait que les résidents des CHSLD sont traités comme des citoyens de second ordre. Ça aurait dû être en haut de la liste de nos priorités. Tout en haut.

Mais non. Nos gros débats de société tournaient autour des pitbulls, des toilettes pour transgenres, d’un pseudo « racisme systémique » qui n’existaient pas et de l’écriture inclusive (faut-il dire auteure ou autrice ?)

Hier, Le Journal a publié un dossier sur ce qui devrait changer au Québec une fois cette crise passée.

Eh bien, voici ce qui, je l’espère, va changer du tout au tout : la liste de nos priorités.

On reconnaît la valeur d’une société à la façon dont elle traite ses membres les plus vulnérables. Ses malades. Ses handicapés. Ses ainés.

Je l’ai déjà dit et je le redis : nous nous sommes mobilisés comme jamais pour faire déboucher le dossier épineux de l’aide médicale à mourir. « Mourir dans la dignité », comme on disait. Et c’est tout en notre honneur.

Mais qu’avons-nous fait pour nous assurer que nos aînés puissent vivre dans la dignité ?

Aujourd’hui, j’ai honte.

Pour nous tous.

Une réflexion sur “Des changements urgents s’imposent pour les CHSLD

  1. Sylvie Pierrôt

    C’est l’infâme résultat de la réforme Barrette de couper partout dans la santé pour donner aux médecins spécialistes! Couillard et Barrette, quant à moi, ont du sang sur les mains!

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s