Statistiques effarantes sur le pays de l’Oncle Sam

Normand Lester, journaliste et spécialiste de la politique américaine, vient de publier un livre « Stupides et dangereux – Les États-Unis à l’ère de Trump » qui révèle des données intéressantes sur cette puissance mondiale qui perd de plus en plus de plumes.

Quand on affirme que c’est sûrement mieux chez le voisin, ce n’est pas toujours la vérité. En voilà quelques-unes :

– George Washington a été complice dans l’assassinat d’un Québécois de Verchères envoyé en ambassade auprès de lui.

– La moitié des délégués à la Convention constitutionnelle, qui proclame que « tous les hommes sont égaux », étaient propriétaires d’esclaves, dont Washington lui-même.

– Les États-Unis ont vendu à Saddam Hussein les précurseurs chimiques et les souches biologiques pour des armes utilisées contre les Iraniens et les Kurdes.

– Joan Quigley, l’astrologue de la Maison-Blanche devait déterminer quand Ronald Reagan allait prononcer des discours, faire des conférences de presse et voyager à l’étranger.

– Plus de citoyens aux États-Unis, 43 millions, souffrent de troubles mentaux que dans tous les autres pays du monde, et ce chiffre ne cesse d’augmenter.

– 80 % des opioïdes consommés dans le monde le sont aux États-Unis, qui ne représentent que 5 % de la population de la planète.

– Les Américains possèdent individuellement plus de 383 millions d’armes à feu. C’est 67 millions de plus que la population totale du pays.

– Symptôme de l’épidémie de désespoir qui frappe l’Amérique blanche, 82% des personnes décédées de surdoses d’opioïdes en 2015 sont blanches.

– Les États-Unis se classent au 26e rang en termes d’espérance de vie sur les 34 pays de l’OCDE.

– Le taux d’incarcération aux États-Unis est 5 à 10 fois plus élevé que dans les autres démocraties. Plus élevé même qu’en Chine et en Russie.

– Les États-Unis se comparent à l’Arabie saoudite quant au mariage des enfants. Des parents forcent des fillettes de 10,11 et 12 ans à se marier.

– 273 milices d’extrême droite comptant quelque 100 000 membres s’entraînent dans plus de 40 États américains. Aucun autre pays ne tolère de telles organisations paramilitaires privées.