L’ambiance de Noël

 

Décembre se pointe déjà le bout du nez et Noël arrive à grands pas. Il me semble que l’année est passée en coup de vent sans vraiment prendre le temps de de faire apprécier. Quoi qu’il en soit, chez-nous, on a déjà installé les décors de cette Joyeuse Fête. L’arbre est monté et scintille de mille feux. Il en est à son 36e Noël et est toujours en excellente condition. Aux prix que se vendent les nouveaux arbres artificiels, c’est une vraie aubaine.

À l’entrée du salon, trois petits lurons sont installés pour chanter en coeur le traditionnel Jingle Bell que vous pouvez vous aussi apprécier en faisant jouer la séquence vidéo qui suit et que je viens de tourner. (Si vous ne voulez pas entendre la musique de fond du site, cliquez sur le titre de ce billet, pour le lire sur une autre fenêtre.)

Pour égayer aussi la joie des petits enfants, on a un Père-Noël qui se dandine en chantant Jingle Bell Rock, pendant qu’un peu plus loin, deux bonhommes de neige grimpent dans l’échelle pour décorer le sapin illuminé de fibres optiques.

Je déteste l’hiver, sauf décembre et la période des Fêtes. C’est la plus belle période de l’année. C’est synonyme de joie, de réjouissance et de partage. Même si j’ai 57 ans, j’y retrouve encore, année après année, mon coeur d’enfant. Je regarde les contes de Noël avec beaucoup d’émotions. J’ai toujours du mal à bien comprendre pourquoi il y a encore des personnes qui détestent le Temps des Fêtes. Il y a la guignolée, les partys de bureau, l’opération nez rouge, les réveillons, les retrouvailles et j’en passe.

Oui j’ai encore plus que jamais l’esprit des Fêtes. Et vous ?

Mots clés Technorati : ,,

Histoires de blondes

 

Blonde4 Une blonde arrive au bureau en larmes. Immédiatement, son patron vient la voir :

– Mais que se passe t-il ma petite Georgette ?

Georgette explique :

– Ce matin, juste avant de partir travailler, j’ai reçu un coup de fil qui m’annonçait la mort de ma mère.

Le patron propose immédiatement :

– Vous devriez rentrer chez vous et vous reposer ma petite Georgette.

Ce à quoi la blonde répond :

– Non, j’ai besoin de me changer les idées et c’est en travaillant que j’y parviendrai le mieux.

Quelques heures plus tard, le patron vient revoir son employée. Il la retrouve effondrée sur son bureau, pleurant toutes les larmes de son corps. Il demande :

– Ca ne va pas mieux ma petite Georgette ?

La blonde répond :

– C’est horrible… Je viens de recevoir un coup de fil de ma sœur… Sa mère est morte elle aussi.

————————————————————————————–

C’est une blonde qui a accouché de 2 beaux bébés, des jumeaux… Cependant, elle pleure à n’en plus finir ! L’infirmière lui dit alors :

– Mais voyons ma p’tite dame ! Pourquoi pleurez-vous ? Vous êtes maintenant mère de 2 beaux bébés bien en santé !

– Je sais, répond la blonde, mais je ne sais pas qui est le père du deuxième !

—————————————————————————————

Une blonde se promène et croise sa réflexion dans un miroir. Elle pense alors :

– J’ai déjà vu ce visage quelque part… Je suis presque certaine que je le connais… Après un moment elle se dit :

– Ah, je sais !!! C’est la connasse qui me fixait chez le coiffeur.

—————————————————————————————-

Une blonde est avec son mec du jour. Il lui demande en rigolant :

– Tiens, c’est normal que t’aies un bas rouge et un bas noir ?

– Ah, m’en parle pas ! En plus j’en ai une deuxième paire comme ça.

—————————————————————————————–

Blonde C’est un professeur qui donne un cours d’histoire à 20 blondes. Première question :

– Où est l’Amérique sur la carte ?

Nicole, une des blondes, se lève et trouve l’endroit sur la carte. Bien, deuxième question :

– Qui a découvert l’Amérique ?

Les 19 blondes se lèvent d’un coup sec et disent en cœur: C’est Nicole !!!

Le débat des chefs

 

Débat Il est près de vingt-trois heures et depuis vingt heures, mes yeux sont rivés au petit écran pour écouter nos politiciens nous dire pourquoi on doit les appuyer le 8 décembre prochain. Je dois dire que j’ai adoré ce débat. Il était animé, endiablé et me faisait penser aux discussions que les québécois sont habitués de tenir dans leur cuisine.

Le débat n’a pas influencé mon vote. Je suis, depuis toujours, un péquiste convaincu. Même si, à certains moments c’était carrément cacophonique, j’ai apprécié les échanges. C’était musclé et vigoureux. La formule, quant à moi, était la meilleure. C’était beaucoup plus viril que le dernier débat fédéral, où il nous fallait faire un effort mental pour ne pas s’endormir. Voici mes impressions de chacun des intervenants.

Stéphane Bureau n’a pas bien contrôlé le débat. Un maillet aurait été très utile pour rappeler tout le monde à l’ordre. Il n’avait pas la poigne nécessaire même s’il avait prévenu les débateurs d’entrée de jeu.

Jean Charest quant à lui démontrait son arrogance de 2003. Il n’y a que lui qui fait bien. Les problèmes que nous vivons ont tous été causés par l’ancien gouvernement mais il n’a pas assez eu de temps pour les régler, ou à tout le moins les atténuer. Dès le départ, il a agressé Mario Dumont, qui n’est pas une menace avec ses 12% d’intentions de vote, selon les derniers sondages. Que penser de son entêtement à refuser de divulguer l’étendue de la perte subie par la Caisse de dépôts et de placements du Québec. Comme on dit, il n’y a pas de fumée sans feu et même anguille sous roche. Curieusement, on annonce une augmentation des cotisations de 2,5% à la Régie des rentes du Québec dès janvier prochain. Tiens, tiens !

Pauline Marois par ailleurs m’a impressionné. Pour un premier débat, elle a très bien performé, sans se désister des attaques de Jean Charest. On voyait bien qu’elle possède l’expérience nécessaire pour aspirer à devenir première ministre du Québec. Elle a sans cesse dénoncé le piètre bilan du gouvernement sans obtenir de réponses à ses questions. Elle n’a jamais esquivé l’objectif premier de son parti; un Québec souverain.

Mario Dumont aussi m’a agréablement surpris. Il a débattu avec aplomb et l’énergie du désespoir. Sur l’aspect économique du débat, il a attaqué directement Jean Charest avec succès. Sa performance fera en sorte d’éviter son parti d’être rayé de la carte politique. J’ai particulièrement savouré les moments où lui et Pauline Marois réagissaient ardemment à certaines affirmations de Jean Charest. Ils le connaissent mieux que nous et une telle réaction nous incite à douter de ses propos.

En somme, une soirée devant le petit écran captivante et qui, je l’espère, donnera le goût aux québécois d’aller voter et de s’exprimer massivement le 8 décembre. Ceux et celles qui n’exerceront pas ce choix démocratique permettront à Jean Charest d’obtenir une majorité par leur inaction. Si c’est ce que la population désire, elle aura ce qu’elle mérite; l’arrogance d’un premier ministre qui, en 2003, s’est fait élire en criant haut et fort en santé Nous sommes prêts ! On a jamais tant attendu dans les salles d’urgence depuis.

C’est la fête à Monique

 

2008-10-19 019A Tu pensais bien que j’allais passer à côté d’une journée aussi importante. Et bien tu t’es trompée ! Écoute, une année de plus ça vaut la peine de le souligner, d’autant plus que tu n’as pas changé depuis hier. Tu es restée la même… pas une seule ride de plus. Comment tu fais ? Les p’tits pots de crème je suppose ???

Profite de ce 23 novembre pour te faire dorloter et te laisser aimer par ceux et celles qui te sont chers. Louise se joint à moi pour te souhaiter une belle journée d’anniversaire avec beaucoup d’amour. Même si le mois de novembre est maussade et gris, c’est le soleil du coeur qui nous énergise. Garde la santé pour qu’il y en ait encore beaucoup d’autres journées de fête.

BON ANNIVERSAIRE MONIQUE. XXX

La lettre de Pierre-Olivier, au Père-Noël

 

clip_image001

clip_image002

C’est encore moi, Pierre-Olivier. Avec grand-père, je prends quelques minutes pour te donner de mes nouvelles. Il s’en est passé des choses depuis ma dernière lettre. J’aurai bientôt 5 ans.

J’ai encore grandi. Je suis un joueur de soccer. J’ai débuté avec les Koalas, ici à Verchères et j’ai compté un but. Oh là là que j’étais content. On est maintenant dans notre nouvelle maison avec une belle piscine. Je voulais te le dire pour ne pas que tu te trompe d’adresse, au moment de ta livraison.

J’en suis rendu à ma dernière année à la garderie. L’automne prochain, ce sera la maternelle, avec plein de nouveaux amis. Ça va être différent mais je suis sûr que je vais aimer.

clip_image003Je me prépare à ta rencontre. J’entends parler de toi de plus en plus. J’ai hâte que la neige arrive pour montrer à ma petite sœur comment on fait un gros bonhomme de neige. Avec notre grande cour, on pourra en faire un géant. Papa et maman vont nous aider aussi.

Comme j’ai encore été très sage cette année, je suis sûr que tu me réserve des beaux cadeaux dans ton immense sac. Les biscuits et le lait seront prêts, pour ta visite, ne t’inquiète pas. En attendant, tu trouveras mes coordonnées un peu plus loin, si le goût te prend de m’envoyer un petit mot. Ho! Ho! Ho! Je te laisse une de mes photos, dans la piscine.

Ton admirateur, Pierre-Olivier

P.S. : Un gros merci à grand-père, pour son aide.

Mots clés Technorati : ,

La lettre d’Audrey-Anne, au Père-Noël

 

clip_image001clip_image003

 

 

 

 

 

 

 

Bonjour, c’est encore moi, Audrey-Anne. Tu te rappelle, je t’avais écrit l’an dernier. J’aurai deux ans, quelques jours après ton passage.

Comme je ne sais pas encore écrire, mon grand-père a encore eu l’idée de bien vouloir le faire à ma place. Il le fait déjà pour mon grand frère, tu sais !

Je fréquente la garderie et je m’y fais beaucoup d’amis. J’aime tellement ça, que je suis toute excitée lorsque je descends de l’auto pour commencer ma journée. J’apprends plein de choses et les éducatrices sont sympa ! À la maison, je bouge et je touche à tout. Une vraie tornade. Avec mon grand frère, c’est la fête.

clip_image005Je ne sais vraiment pas ce que tu me réserve en cadeaux cette année, mais comme toujours, tu me connais assez bien pour ne pas te tromper.

En attendant de te rencontrer, je t’offre mille bizous. J’ai hâte de te voir. Tout autour, les lumières de Noël commencent à scintiller. Ce sera très beau tantôt lorsque la neige sera là.

Ah oui j’oubliais, tu trouveras mes coordonnées un peu plus loin, si le goût te prend de m’envoyer un petit mot. Je t’offre cette photo de moi pendant que je me régale

Ton admiratrice, Audrey-Anne

P.S. : Un gros merci à grand-père, pour son aide.

Mots clés Technorati : ,

Prière pour mon fils

 

Réflexion10 En fouillant mes archives accumulées au fil des années, j’ai redécouvert avec joie, quelques textes sublimes qui font réfléchir. Celui qui suit, est une prière d’un père pour son fils…

« Donne-moi un fils, Seigneur, qui soit assez fort pour reconnaître ma faiblesse, et assez courageux pour faire face à lui-même devant la peur.

Donne-moi un fils dont les désirs ne remplaceront pas les actions, un fils qui te connaîtra et saura que te connaître toi-même est la pierre angulaire de la connaissance.

Envoie-le, je t’en prie, non dans le sentier de l’aisance et du confort, mais dans celui de l’effort et à l’assaut des difficultés et des défis.

Apprends-lui à se tenir droit dans la tempête. Rends-le compatissant pour ceux qui flanchent.

Donne-moi un fils au coeur pur, à l’idéal élevé, un fils qui sache se dominer avant de vouloir dominer les autres, un fils qui sache rire sans oublier comment pleurer, qui avance vers l’avenir sans oublier le passé.

Et après tout cela Seigneur, donne-lui, je t’en prie, le sens de l’humour pour qu’il soit toujours sérieux sans jamais se prendre lui-même trop au sérieux.

Donne-lui l’humilité qui lui rappelle toujours la simplicité de la vraie grandeur, l’ouverture d’esprit de la vraie sagesse et la douceur de la vraie force.

Alors moi, son père, je pourrai murmurer… que je n’ai pas vécu en vain. »

Mots clés Technorati : ,