Dans ce temps-là…

ES-TU VRAIMENT VIEUX OU VIEILLE…?

L’autre jour, un jeune me demande quelle était ma malbouffe préférée quand j’étais plus jeune.

– Nous n’avions pas de malbouffe quand j’ai grandi, lui dis-je. Tous les repas étaient bons pour la santé.

– Non, mais sérieusement, où mangeais-tu ?

– C’était une place appelée « la maison » que je lui expliqua. Ma mère cuisinait tous les jours et quand papa revenait du travail, on s’asseyait ensemble à la table de la salle à manger et si je n’aimais pas ce qu’il y avait au menu, je devais rester assis jusqu’à ce que j’aime ça.

Le jeune à qui je parlais éclata de rire au point que je pensais qu’il allait s’étouffer. Je ne lui raconta donc pas comment j’arrivais à quitter la table. Mais il y a plusieurs choses que j’aurais aimé lui dire au sujet de mon enfance si j’avais cru les parents d’aujourd’hui capables de passer au travers.

Surtout nous n’avions pas peur des islamistes, il n’y en avait pas. Plusieurs parents n’ont jamais possédé leur propre maison, porté des jeans Levis, mis les pieds sur un terrain de golf, voyagé en dehors du pays. Les cartes de crédit n’existaient pas. L’épicier du coin leur faisait crédit jusqu’au vendredi pour les achats de la semaine.

Mes parents ne m’ont jamais conduit à une pratique de soccer ou de baseball ou de hockey. J’avais une bicyclette qui pesait probablement 50 livres et qui n’avait qu’une seule vitesse… lent. J’avais 11 ans quand nous avons eu notre premier appareil de télévision. Évidemment, c’était en noir et blanc et le poste fermait à minuit tapant l’hymne national; il reprenait en ondes le lendemain matin à six heures.

J’avais 15 ans quand j’ai goûté à ma première pizza. Je n’ai jamais eu le téléphone dans ma chambre. Le seul téléphone de la maison était dans la cuisine et c’était une ligne commune. Avant de composer le numéro, il fallait écouter pour être certain qu’il n’y avait personne sur la ligne. Les pizzas n’étaient pas livrées à la maison, mais on faisait la livraison du lait.

Tous les journaux étaient distribués par des jeunes garçons comme moi et tous les jeunes garçons distribuaient les journaux. Je passais la grosse Presse six jours par semaine ainsi que Télé-Radio-Monde, Allo Police et La Patrie, chaque semaine.

Le journal coûtait sept sous et je pouvais en garder deux que je recevais à la fin de la semaine. C’est après l’école, vers 17h. avant de souper que je passais mes journaux. Le dimanche, après la grand-messe où j’agissais comme servant de messe, il fallait collecter 42 sous de chacun de mes clients. Mes clients favoris étaient ceux qui me donnaient 50 sous et me disaient de garder la monnaie. Les mauvais clients étaient ceux qui n’étaient jamais à la maison le jour de la collecte.

Les étoiles du cinéma s’embrassaient la bouche fermée… du moins dans les films. Il n’y avait pas de classement, car on produisait les films pour que tous puissent les voir, sans violence, sans pornographie ou quoi que ce soit d’offensant. Si tu as grandi dans une génération d’avant la restauration rapide, tu vas peut-être vouloir partager ces souvenirs avec tes enfants et petits-enfants.

Ne viens pas me blâmer s’ils s’esclaffent en t’entendant ou en te lisant. Nous n’avons pas grandi comme ceux d’aujourd’hui. Un ami m’a raconté qu’en faisant le grand ménage dans la maison de sa grand-mère, décédée il y a quelques mois, il a trouvé une vieille bouteille de Cream Soda et de Kik Cola.

La capsule de métal sur le goulot, était pleine de petits trous. J’ai su immédiatement ce que c’était, mais sa fille n’en avait aucune idée. Elle pensait qu’ils avaient peut-être essayé d’en faire une salière ou quelque chose du genre. Mais je me souvenais précisément de la bouteille placée au bout de la planche à repasser pour humecter le linge à l’époque où il n’y avait pas de fers à la vapeur.

Je pense que je suis pas mal vieux.

Vous souvenez-vous de beaucoup de choses de ce genre?

Le bouton de contrôle des lumières au plancher de l’auto.

Les glacières.

Les « clips » pour retenir le bas des pantalons en vélo.

Les fers à souder chauffés sur un brûleur à gaz.

Les signaux à bras par les conducteurs d’automobiles.

La télégraphie.

SIMPLEMENT POUR LE PLAISIR

Je vous propose un petit jeu. Dans la liste ci-dessous, notez le nombre d’objets dont vous vous souvenez pour les avoir vues à la maison ou chez vos grands-parents. Vous irez voir ensuite votre classement plus bas.

1- Les p’tits bonhommes en réglisse.

2- La p’tite bouteille de Coca-Cola en cire contenant de l’eau sucrée et colorée.

3- Les cigarettes en bonbon.

4- Les distributrices de boissons gazeuses avec des bouteilles en vitre.

5- Les « juke-box » aux tables des restaurants.

6- Les pintes de lait avec le bouchon en carton.

7- Le téléphone avec ligne commune.

8- Les nouvelles avant le film au cinéma.

9- Le Petit Journal ou La Patrie.

10- Le savon Barsalou.

11- La tête de l’indien sur la mire d’ajustement à la télé.

12- Les tire-pois.

13- Pépino et Capucine.

14- Les 45 tours.

15- Les timbres Gold-Star.

16- Le tourne-disque haute-fidélité.

17- Le bac à glaçons en acier avec un levier.

18- Les copies miméographiées en bleu pâle.

19- Les lampes pour le « flash ».

20- La voiture Ford Edsel.

21- La clé pour les patins à roulettes.

22- La carabine à bouchon de liège.

23- Les ciné-parcs.

24- Les voitures Hudson, Nash et Studebaker.

25- La laveuse à tordeur.

26- Les chips à 1 cent

27- Se couvrir la tête était obligatoire pour les femmes et filles à l’église.

Voici votre classement selon vos souvenirs :

0 à 5: Vous êtes encore jeune.

6 à 10: Vous commencez à vieillir.

11 à 15: Ne dites pas votre âge.

15 à 20: Bienvenue dans le quatrième âge. Vous avez bien des années derrière vous mais ces souvenirs sont sans doute de bons moments dans votre vie et vous ont fait sourire rien qu’à y penser.

Bonne journée.

3 réflexions au sujet de « Dans ce temps-là… »

  1. Ah la belle époque! Si ma mémoire est bonne les petits sacs de chips avec la feuille d’érable je les payaient 2 cents. Les petits bonhomme à la réglisse noires étaient 3 pour 1 cent. Aujourd’hui 5 cents chacun. Dites vous bien que quelque soit votre âge, ce n’est qu’un chiffre. Ce qui compte se sont les souvenirs qui s’y rattachent. Très précieux.
    Merci Normand, de me rappeler tant de bons souvenirs. Vieillir et pouvoir se rappeler de tout cela
    est un privilège qui est dénié à plusieurs d’entre nous hélas!

  2. Effectivement je me classe dans la quatrième age de très bons souvenirs ce que je retiens de cette période c`est la quiétude de notre environnement dans laquelle nous avons grandit et en boni on jouait dehors tout le temps…ma maman courait toujours après moi pour que je revienne à la maison soit pour manger, prendre un bain et comme elle le disait Michel rentre y é trop tard.

  3. Bien sur je me classe catégorie 4; de bons souvenirs. Pour renchérir un peu, rappelez-vous lorsqu’en hiver le laitier laissait la pinte de lait avec bouchon de carton sur le balcon tôt le matin. Au réveil quand on allait la chercher, il y avait une petite trompe de crème gelée qui sortait du goulot. Aussi les paquets de cigarettes Gaylord, les boules noires, les bâtons de cannelle, l’arrivée des cigarettes avec filtre, la bière Dow, jouer aux cowboy, jouer au football dans la ruelle en béton, les vendeurs de glace qui passaient dans la ruelle en criant (Glace/Ice), etc. Merci Normand de m’avoir amené là.
    Gilles

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s