En quarantaine pour deux semaines

N’est-ce pas que ça rime en crime ? Nous sommes rendus là. Le douanier a mis 27 secondes à regarder nos passeports, nous demander la date de notre départ vers le Sud, si on avait quelque chose à déclarer et finalement nous donner une note demandant de se mettre en quarantaine, même si on n’était pas malade. Aucune attente ! On passait comme du beurre dans la poêle ! 40 minutes plus tard, La Prairie nous retrouvait. La joie était réciproque. Il était 17h00 hier.

Cette dernière journée sur la route avait débuté vers 7h30 sous un beau soleil mais un mercure à -2°C. Brrr… un peu frisquet mais bon, le soleil a tôt fait de nous réchauffer et nous mettre dans l’ambiance du retour. Les routes étaient passablement dégagées parce que le mot d’ordre de la quarantaine a rejoint les Américains, beaucoup comme au Québec.

Sur le New York State Thruway, dans les aires de repos, des restaurants avaient fermés leurs portes et d’autres interdisaient des sections complètes de tables, pour éviter d’avoir à les désinfecter constamment. C’est d’ailleurs dans ces endroits qu’on entend parler de Covid-19.

Dans les Adirondacks, des traces de neige sont encore visibles et les pans de roc suintent de leurs gros glaçons, signe que l’hiver n’a pas encore rendu l’âme. Une agréable nouveauté nous est apparue en direction nord sur l’Interstate 87. Une belle aire de repos qu’on a érigé récemment pour représenter les Adirondacks, son histoire et ses charmes.

Des espaces extérieurs pour que les enfants s’amusent, Un parc clôturé et dédié aux chiens pour se dégourdir, des tables de pique-nique et un immense bloc sur lequel est inscrit I Love NY, qui fera l’envie des photographes afin d’immortaliser des moments mémorables. C’est ce que j’ai fait avec ma Loulou, pour agrémenter cet article. Un très beau site pour faire une pause en nature avant de reprendre la route. Vous verrez…

Premier constat en arrivant à la maison, le mot d’ordre du gouvernement québécois de se mettre en quarantaine volontaire a été scrupuleusement respecté. C’est désert partout. Les épiceries montrent des étalages qui se vident à la vitesse de l’éclair, puis se rechargent en fin de journée, pour le lendemain.

La crise du papier de toilette est belle et bien réelle. Aucun rouleau disponible au Super C, au Maxi et au marché Métro. Même chose pour les pains et produits laitiers qui disparaissent comme par magie. J’ai pu trouver une seule boîte de riz et il m’a fallu m’agenouiller pour la découvrir dans le fond de la tablette du bas… un coup de chance.

Enfin, bref, l’important est que nous sommes maintenant de retour à la maison, avec les nôtres et heureux. Que nous réserve l’avenir ? Bien malin qui pourrait confirmer quoi que ce soit. On commence par la quarantaine et après on verra !

Redeviendrons-nous des snowbirds l’automne venue ? On l’espère mais devant une situation mondiale unique, ce ne sont que pures spéculations. Tout s’écroule et les prédictions pour l’avenir demeurent sombres. On prend ça au jour le jour avec l’espoir qu’on passe à autre chose avant longtemps.

Aujourd’hui, au Québec, on prévoit de la neige accompagnée de vents violents. Non, l’hiver n’est pas terminé ! Quoi qu’un doux 14°C, ce vendredi, nous rappellera que le printemps n’est pas bien loin. Bonne route au snowbirds qui reviennent. On vous attend !