Un militaire vétéran de 95 ans, toujours hanté par les atrocités d’une guerre

J’adore les histoires vraies. Elles racontent la vie, quelque chose de véridique qui s’est déroulé dans le temps. Les témoignages qu’on y découvre sont authentiques et rendent les faits d’une époque, dans ce temps.

Hier, comme je l’indiquais dans les éphémérides du blogue, les américains célébraient une triste histoire, celle de l’attaque sournoise et sauvage des japonais sur Pearl Harbor, au matin du 7 décembre 1941. Et ici, les vétérans des grandes guerres sont élevés au rang de héros et partout, lorsque l’occasion se présente, on salue leur courage.

Chez-nous, il suffit d’écouter les anciens combattants raconter les atrocités dont ils ont été victimes aux champs d’honneur, pour découvrir à travers leurs larmes et sanglots, toute l’horreur que cet enfer leur a laissé en héritage et ce, bien des années plus tard.

En feuilletant le journal local ce matin, j’ai découvert l’histoire suivante que je veux partager avec vous. Un épisode dramatique de Pearl Harbor, vécu par un vétéran, aujourd’hui âgé de 95 ans, et qui vit près d’ici, à Lehigh Acres. Voici donc la traduction que j’ai réalisé, sur l’histoire de ce héros; Orva Glass…

Pearl Harbor2« Pour le soldat de l’armée américaine de 22 ans, Orva Glass, c’était une autre belle journée au paradis; mercure de 25°C, frémissement des palmiers sous une brise de 15-20 km/h, quelques nuages et une légère vague sur le rivage de la baie.

Son déjeuner avalé et sa toilette terminée, il se dit : Je suis fin prêt pour pendre l’autobus pour aller en ville.
Au même moment, «bam, bang, boum, boum», ils ont pulvérisé la place de balles. Je pouvais entendre les «bing, bing» des projectiles frappant des objets dans la cuisine. Je devinais que quelque chose n’allait pas.

Effectivement quelque chose se produisait. Nous étions le 7 décembre 1941, à Oahu, Hawaii et les avions japonais attaquaient la flotte navale américaine, ancrée au port de Pearl Harbor, de même que l’armée, l’aviation, l’aéroport et la garnison de Schofield, à l’endroit même où Orva s’était rasé.

À 6h00 ce jour-là, 6 porte-avions japonais, naviguant à 320 kilomètres au nord d’Oahu, procédaient au décollage de 183 avions – Chasseurs, bombardiers et avions-torpilleurs – comme première vague d’attaque avec l’objectif de détruire la flotte navale américaine du pacifique, afin de permettre au Japon de développer son empire.

L’attaque a débuté à 7h55 alors que les avions japonais mitraillaient leurs objectifs de destruction au bombardement des avions américains cloués au sol des aéroports Wheeler Field, Hickam Field, Barbers Point et Kaneohe, en plus des bateaux dans le port.

Alors que la garnison de Schofiels était attaquée, Glass, un natif d’Alliance, Ohio, demeurant maintenant à Lehigh Acres en Floride, accompagné d’autres membres de la 97th Coast Artillery, montèrent dans les camions pour rejoindre leurs batteries anti-aériennes au sud-est du port.

D’après le livre Attack on Pearl Harbor : Strategy, Combats, Myths, Deceptions, de Alan Zimm, les batteries anti-aériennes souffraient d’un manque d’effectifs et n’étaient pas préparées pour une attaque du genre.

Entre 8h15 et 9h00, les hommes de la 97th Coast Artillery ont ouvert le feu avec des armes légères et ont utilisé 27 cartouches de 3 pouces. Nous n’étions pas organisés pour attaquer. Glass rajoute : Nous n’avions que quelques cartouches et on a fait pour le mieux avec ce qu’on avait.

J’avais à manipuler les munitions. Je n’avais pas le temps de réfléchir. Tout le monde était trop occupé. Des gens hurlaient «prenez les munitions là-haut!»

Dans Attack on Pearl Harbor, Zimm déclarait que la 55th Coast Artillery a été créditée d’avoir abattu deux avions japonais, alors que la 97th n’en n’avait descendu aucun.

Tout le monde tirait et tout le monde réclamait avoir atteint l’ennemi. Glass de rajouter : Mais qui a vraiment frappé, c’est difficile à dire.

À 8h40, la deuxième vague japonaise de 171 avions, attaquait Oahu, pour poursuivre sa destruction.

De son point de vue, Glass ne pouvait voir ce qui se passait dans le port. On pouvait voir voler les avions à distance; ils effectuaient des sorties. Ils survolaient le port et laissaient tomber leurs bombes. Quelquefois, ils nous survolaient également.

Un groupe d’avions s’amenait et mitraillait à profusion, puis un autre groupe faisait de même. Nous ne savions pas ce qui arrivait. Nous n’étions pas en guerre. Tout ce que nous savions, c’était d’ouvrir le feu en réplique.

À 9h45, l’attaque était terminée.

Les pertes américaines faisaient état de 2,335 militaires tués, incluant 1,104 membres de l’équipage du cuirassé Arizona, et 1,143 blessés; 68 civils ont également trouvé la mort et 35 autres ont été blessés.

Trois navires, les cuirassés Oklahoma et Arizona ainsi que le bateau d’entraînement Utah ont été totalement perdus et n’ont jamais combattu par la suite. Cinq bateaux ont été coulés, puis renfloués et réparés afin de rejoindre la flotte. 13 bateaux endommagés ont pu reprendre du service une fois réparés.

L’aviation américaine a perdu 188 contre-torpilleurs et 159 furent endommagés.

Du côté japonais, on dénombra 64 décès et un soldat fut fait prisonnier. 29 avions furent détruits ainsi que 5 sous-marins Midget.

Le lendemain, 8 décembre, les États-Unis déclaraient la guerre au Japon. Trois jours plus tard, l’Allemagne et l’Italie déclaraient la guerre aux États-Unis.

Glass demeura en devoir à Oahu, où il étudia l’électronique, avant d’être démobilisé en 1945, avant la fin de la guerre.

De retour à Alliance, il travailla 30 ans pour un concessionnaire de produits RCA et souffre toujours de troubles associés au stress post-traumatique.

J’ai traversé l’enfer, déclare-t-il. Beaucoup de personnes ne sont pas passés par là. J’ai été chanceux. Une balle aurait pu m’atteindre autant que n’importe qui d’autre et je suis ici, à 95 ans, et toujours en vie.

Dans mon esprit, c’est comme si c’est arrivé hier. C’est quelque chose que vous ne pouvez pas oublier.»

Source : The News-Press, dimanche 7 décembre 2014 – Pearl Harbor – Day of infamy

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s