Samedi de rigoler

Ah, enfin samedi. Quel beau jour pour relaxer et prendre son temps de savourer son premier café… Alors pour vous faire débuter votre journée par un sourire, quoi de mieux que quelques blagues… Bonne journée et souriez !

Un homme décide de joindre un monastère et de devenir moine. L’abbé lui dit :

– Notre ordre valorise le silence avant tout. Vous n’aurez le droit de parler qu’une fois à tous les quinze ans.

L’homme répond :

– D’accord !

Et se prête aux formalités nécessaires pour joindre le monastère.

15 ans plus tard, l’abbé vient le voir et lui dit :

– 15 ans ont passé. Qu’avez-vous envie de dire ?

L’homme répond :

– La soupe manque de sel.

L’abbé fait « oui » de la tête et s’éloigne. 15 autres années passent. L’abbé revient voir l’homme et lui dit :

– 15 ans ont passé à nouveau. Qu’avez-vous envie de dire ?

L’homme répond :

– Les matelas sont un peu trop durs.

Encore une fois, l’abbé hoche la tête et continue son chemin. 15 ans plus tard, l’abbé revient voir l’homme. Il dit :

– 15 ans ont passé, encore une fois. Qu’avez-vous envie de dire ?

L’homme dit :

– En fait, je crois que je vais quitter le monastère. Ça ne me convient pas, ce style de vie.

L’abbé répond :

– Je dois dire que je ne suis pas surpris. Vous n’avez pas cessé de vous plaindre depuis votre arrivée…

————————————————————-

Un guérisseur a un petit bureau en ville où il reçoit des patients. Une affiche à la fenêtre dit :

« Traitement 20 $ – Obtenez 100 $ si vous n’êtes pas guéri. »

Un avocat qui passe par là voit tout de suite une occasion de gagner 100 $. Il entre dans le bureau et dit :

– J’ai perdu le sens du goût.

Le guérisseur dit :

– Infirmière! Allez me chercher le médicament qui se trouve dans la boîte 22, et versez-lui-en trois gouttes sur la langue.

L’avocat recrache le médicament et dit :

– Beurk. Ce n’est pas un médicament, c’est de l’huile à moteur !

Le guérisseur dit :

– Bravo, vous avez retrouvé votre sens du goût. Ça fera 20 $.

L’avocat, irrité, lui donne son argent et part. Il revient quelques jours plus tard, déterminer à gagner 100 $.

– Je suis amnésique, dit-il. Je ne me rappelle plus de rien.

Le guérisseur dit :

– Infirmière! Allez me chercher le médicament qui se trouve dans la boîte 22, et versez-lui-en trois gouttes sur la langue.

L’avocat répond :

– Ah non ! Je n’en veux pas. C’est de l’huile à moteur. Vous m’en avez donné la dernière fois.

Le guérisseur dit :

– Vous avez retrouvé la mémoire. Ça fera 20 $.

Rouge de honte et de colère, l’avocat lui donne son argent et s’en va. Il revient une semaine plus tard, convaincu que cette fois, il obtiendra les 100 $.

– Je suis devenu aveugle, dit-il. Je ne vois plus rien.

Le guérisseur répond :

– Je suis désolé, je n’ai pas de cure pour cela. Voici 100 $.

L’avocat dit :

– C’est un billet de 20 $ ça, pas de 100 $.

Le guérisseur répond :

– Excellent, vous avez retrouvé la vue. Ça fera 20 $…

—————————————————————————–

Un éleveur de poulets entre dans un bar, s’assoit à côté d’une femme et commande un verre de champagne. La femme sursaute et dit :

– Parle-moi de ça ! Moi aussi je viens de demander un verre de champagne !

– Quelle coïncidence, dit l’éleveur, c’est un jour très spécial pour moi que je veux célébrer.

– C’est très spécial pour moi aussi, et moi aussi je célèbre cette occasion, dit la femme.

– Non mais, quelle coïncidence, dit l’homme.

Comme ils cognent leurs verres ensemble, l’éleveur demande, et que célébrez-vous ?

– Mon mari et moi avons essayé pendant des années pour avoir des enfants, et aujourd’hui mon gynécologue m’a annoncé que j’étais enceinte !

– Quelle coïncidence, dit l’homme, je suis éleveur de poulets et pendant des années mes poules ont été infertiles, mais aujourd’hui finalement, elles se sont mises à pondre des œufs.

– Formidable ! dit la femme et comment vos poules sont-elles devenues fertiles ?

– J’ai utilisé un coq différent, répliqua-t-il…

La femme sourit et dit :

– Quelle coïncidence…

—————————————————————————

Le professeur a donné un travail à ses élèves d’une classe de cinquième :

– Demandez à vos parents de vous raconter une histoire avec une morale à la fin.

Le lendemain, les enfants reviennent et, un par un, commencent à raconter leurs histoires. Il y avait toutes sortes d’histoires… du lait renversé au dollar sauvé. Seul Pierre n’avait rien raconté.

– Pierre, as-tu une histoire à partager avec nous ?

– Oui madame! Mon papa m’a raconté une histoire au sujet de ma maman. Elle était pilote de guerre et son avion a été touché. Elle a dû s’éjecter au-dessus du territoire ennemi, et tout ce qu’elle avait, c’était une bouteille de whisky, un pistolet et un couteau de survie. Elle a bu le whisky en descendant afin que la bouteille ne se brise pas, et puis son parachute la déposa au milieu de 20 rebelles irakiens. Elle en a abattu 12 avec son pistolet, jusqu’à ce qu’elle manque de balles. Puis, elle en a tué 4 de plus avec son couteau, jusqu’à ce que la lame se brise. Enfin, elle a tué les 4 derniers avec ses mains nues.

– Seigneur ! dit le professeur horrifié. Qu’est-ce que ton papa t’a dit au sujet de la morale de cette histoire horrible ?

– Qu’il ne faut pas faire chier maman quand elle a bu !

———————————————————————–

Une jolie blonde va voir son père et lui demande :

– Papa, je n’ai pas compris. Mon copain m’a dit que j’avais un joli châssis, de beaux amortisseurs et un magnifique pare-chocs. Qu’est-ce que cela veut dire ?

– Ce n’est rien, ce sont des termes de mécanique souvent employés par des hommes… Tu diras à ton copain de ma part, que s’il ouvre le capot pour mettre de l’huile dans le moteur, je lui arrache son levier de vitesse.

———————————————————————-

Un gars roule dans la campagne en Beauce lorsqu’il voit une affiche « CHIEN PARLANT À VENDRE » sur la devanture d’une vieille maison délabrée. Il sonne à la porte et le propriétaire lui dit que le chien est dans la cour. Rendu dans la cour, le gars voit un beau Labrador noir.

– Tu parles ? demande-t-il ?

– Yep, lui répond le Labrador.

Estomaqué, le gars dit :

– Raconte-moi ton histoire ?

– OK, dit le Labrador, quand je me suis aperçu jeune que je pouvais parler, j’ai décidé d’aider le gouvernement, et la GRC m’a recruté. On m’expédia à travers le monde auprès de nos ambassades dans plusieurs pays pour espionner les chefs d’état étrangers. Je fus l’un de leurs espions le plus efficace au cours des huit années suivantes.

Mais, le décalage horaire m’a usé, et comme je prenais de l’âge, j’ai décidé de ralentir mes activités. J’ai accepté une petite jobine à l’aéroport Pierre E. Trudeau comme agent de sécurité. À force de renifler des personnages à l’aspect louche et prêtant l’oreille aux chuchotements, j’ai découvert un tas des transactions illicites, et je fus décoré de nombreuses médailles. Et un jour je me suis marié, j’ai eu une trâlée de chiots, et maintenant je suis retraité.

Le gars n’en croit pas ses yeux. Il retourne vers le propriétaire et lui demande combien il veut pour son chien.

– Dix piastres, lui dit le propriétaire.

– Hein ? Dix dollars ? Ce chien est incroyable ! Pourquoi diable le vendez-vous si peu cher ?

– Parce que c’t’un péteux de broue, jamais sorti d’la cour.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s