On donne signe de vie

Mes oreilles me sifflent que vous désirez des nouvelles de notre escapade hivernale. Deux semaines déjà d’écoulées dans notre vie de Snowbirds et toujours heureux de ne pas recevoir de flocons. Plus jeune, loin dans ma jeunesse en fait, j’adorais les flocons… mais plus maintenant. Certes, les belles images de Noël dans un décor floconneux sont encore envoûtantes et féériques, mais tant que ça demeure des images, c’est agréable à regarder.

Nous avons quitté La Prairie en hiver et deux jours et demi plus tard, c’était juillet en décembre. Ouf !

Dès notre arrivée, ici, la grosse besogne nous attendait. La caravane était tellement sale qu’on se demandait ce qui avait bien pu se passer l’été dernier. Il faut dire que le parc extérieur, où sont entreposés les véhicules récréatifs, étant sur fond sablonneux, jumelé à de fortes pluies estivales, ont tôt fait de salir abondamment la caravane. Même l’intérieur était poussiéreux. On a mis une grosse semaine à tout nettoyer, assemblé la petite remise, les installations sanitaires, la lessiveuse de ma douce, pour enfin séjourner dans un environnement propre et invitant.

Et là, mais seulement là, on relaxe !

Il faut dire que nos amis, arrivés depuis plusieurs semaines avaient pris soin de bien « ouvrir » la caravane en installant les branchements électriques et sanitaires, puis réussir à déployer une des rallonges qui restait coincée. L’expérience ça ne s’achète pas, comme on dit. Et en prime, on a eu droit à l’hospitalité d’un succulent repas de bienvenue. Quoi demander de mieux ?

Dès lors, les séances à l’épicerie furent de mise parce qu’on manquait de tout. Vous savez, les deux premières semaines sont nécessaires pour bien débuter notre hibernation au soleil. Après quoi, les activités peuvent débuter.

Partout, sur le complexe, on peut apprécier les jolies décorations illuminées pour la période de Noël et de la nouvelle année. On peut facilement compter les sites qui ne participent pas. C’est là que la neige ajouterait cette dose de féérie. Mais bon ! On s’en contente. Il faut dire que contrairement aux Québécois, les Américains sont assez rapides pour démanteler leurs décorations au lendemain de Noël.

Des groupes se forment pour la grande soirée du réveillon à la salle communautaire réservée aux Québécois principalement. Plus de 300 personnes y prendront part. Il faut ajouter que la proportion de francophones dépasse les 60 % entre décembre et avril.

Louise a débuté ses bingos et séances de poker Texas Hold-Em. Ses premiers gains viennent de rentrer. Rien pour planifier de grandes dépenses mais bon… elle adore ! Quant à moi, j’ai commencé mes mercredis musicaux sous le Tiki avec le groupe de musiciens. Ghislain et Lise m’accompagnent pour qu’on forme un trio, sans oublier Robert, Raymond, Mike, Richard et les autres. On a beaucoup de plaisirs et les curieux se mêlent à nous pour chanter et danser. Trois heures de pur plaisir chaque mercredi après-midi.

Pour le reste, ce blogue occupe une partie de mon temps pour donner à mes lectrices et lecteurs du contenu intéressant, divertissant et de qualité. Mais le summum c’est que nous sommes en petit chandail et culottes courtes à longueur de journée. Pour des « sénateurs » comme nous, c’est d’une valeur inestimable.

Au moment d’écrire ces lignes, nous sommes le jeudi 12 décembre et ce sont nos premières pluies depuis notre arrivée le 1er décembre. Des températures d’été; 24-29°C. Un peu de pluie, il en faut… ne serait-ce que pour alimenter les végétaux qui ne demandent pas mieux, de temps à autre.

L’été tout l’hiver… c’est pas merveilleux pour la santé et le moral ? On garde le contact…