Une première journée froide

Au premier temps de cet article, je veux vous remercier, tous et toutes, pour vos bons mots prônant d’être prudent sur la route. C’est toujours intéressant de se faire souhaiter de bonnes choses, en dehors de nos anniversaires, et j’aimerais que vous preniez ces remerciements comme personnels. Ces bonnes habitudes à commenter mes écrits m’encouragent à toujours continuer. C’est mon combustible personnel, mon Viagra.

Déjà une première journée de passée sur la route et après avoir parcouru près de 1200 km, c’est à Thornburg, au sud de Washington que nous nous reposons.

Côté température, le manteau d’hiver était encore de mise parce que le mercure hier matin indiquait -1°C en fin de nuit. Un vent vif du Nord, assez désagréable et persistant, malgré les nuages et quelques éclaircies, nous rappelait que nous avions fait les bons choix vestimentaires. Présentement, il est 23h30 et un 8°C s’affiche au thermomètre, ici en Virginie.

Et quel plaisir de rouler sur les tapis de billards. Les Adirondacks, sont à proximité du Québec et pourtant, un monde sépare la qualité du revêtement routier. C’est tellement relaxant que le danger de s’endormir au volant devient un facteur non-négligeable. On prend du café !

Curieusement, je dirais que c’est à peu près le seul côté positif à sillonner nos routes au Québec; impossible de s’endormir !

Autre point positif aux USA, le prix du pétrole à la pompe… Wow ! Imbattable. Ma bagnole requiert de l’essence à haut indice d’octane et si je converti le prix au litre, incluant le taux de change, en dollars canadiens, j’arrive aussi peu que 80 cents pour chaque litre… de super 93 (3,03 U$ le gallon). Les autres pleins variaient entre 3,35 U$ et 3,39 U$ le gallon, le « 93 » étant la norme généralement,

Chez nous, mis à part Pétro-Canada qui vend du 94, l’octane maximum est rarement du 91. C’est en majorité du 89. Actuellement, chez Costco, l’essence super vacille autour de 1,30 CDN$.

Nous n’avons pas rencontré nos amis Carole et Marcel, mais les nouvelles qu’ils me fournissent, et surtout leur proximité, laissent présager que nous pourrions possiblement les rencontrer sur l’Interstate 75, dimanche. Sait-on jamais ! On a plus de chance de les rencontrer que de gagner à la loterie.

La Thanksgving ? Ça ne paraît pas beaucoup ici sur les routes et les stationnements d’hôtels sont assez tranquilles, voire déserts. Par contre, les centre-commerciaux débordent. C’est la folie furieuse. La course aux aubaines, ça rend malade. C’est tellement débile qu’après le jeudi fou, il y a le vendredi fou, le samedi fou, le dimanche fou et le lundi cyber-fou ! C’est fou ! C’est carrément Noël en novembre pour les « Zamaricains ».

C’est la seconde expérience de se rendre en Floride en pleine période de Thanksgiving et, ma foi, c’est le meilleur temps.

Aujourd’hui, seconde étape du voyage et si tout se déroule comme prévu, le Nord de la Floride pourrait être notre second arrêt… et on va se dévêtir un brin !

En route…

Pour la plupart d’entre vous, au moment où vous lirez ces lignes, nous aurons mis le cap vers le Sud. À nous la végétation verdoyante et les palmiers qui nous indiquent que l’été est encore à l’extrême sud.

Évidemment, il nous faudra une bonne trentaine d’heures pour franchir la distance, mais l’arrivée nous fera oublier les rigueurs de l’hiver, surtout en roulant sur les belles autoroutes américaines.

Alors dès 5 heures, la bagnole bien remplie, nous prenons le large afin de passer la frontière à l’aube, dans une circulation calme et parsemée de quelques travailleurs matinaux. On prendra le petit déjeuner en chemin après avoir fait le plein d’essence à une fraction du prix canadien, taux de change inclus.

Comme à l’habitude, tous les jours vous serez informés de nos notes journalières et de nos destinations de repos en fin de journée. Nous devrions atteindre notre site hivernal en après-midi dimanche et qui sait, peut-être croiser nos amis qui sont aussi en route pour la Floride.

Ne soyez pas surpris si mes écrits tardent un peu et spécialement dimanche le premier décembre. Le temps de s’installer et surtout de brancher l’Internet, ça peut demander une certaine période. J’ai quelques articles en réserve et préprogrammés.

Autre tradition qui revient cette année, les contes de Noël refont surface dès le 2 décembre. Retrouvez votre cœur d’enfant que ce dernier mois de l’année nous amène avec toutes ces festivités partout. C’est Noël qui approche.

Automobilistes vs cyclistes et piétons : pas de taille.

C’est connu, automobilistes, cyclistes et surtout les piétons sont rarement de taille entre eux. Les agissements de ces deux derniers exaspèrent les premiers; pas d’arrêts obligatoires, circulation sur les trottoirs, passer sur les feux rouges, marcher avec écouteurs et téléphone en main, bref, le non-respect du Code de sécurité routière. Forcément les contacts avec les automobilistes font des victimes. De triste décès évitables par de simples gestes responsables.

Le 23 novembre dernier, Joseph Facal en a fait le sujet de son article dans les pages du Journal de Montréal, que j’approuve sans réserve. Ce n’est pas toujours la faute du plus imposant, en l’occurrence l’automobiliste. Les plus vulnérables doivent également se discipliner, quitte à se voir remettre des constats d’infraction.

LES AUTOMOBILISTES N’ONT PAS TOUS LES TORTS Joseph Facal

Ce n’est pas d’hier que les relations entre automobilistes, piétons et cyclistes sont difficiles chez nous.

La Ville de Montréal va donc ajouter des feux pour piétons : un petit bonhomme lumineux leur dira quand traverser, et on rallongera le temps disponible de quelques secondes.

Dur d’être contre quand on sait que 19 piétons sont morts depuis le début de l’année à Montréal, heurtés par des autos.

La Ville de Québec veut lancer une campagne pour contrer ce qu’elle appelle les « mentalités préconçues » des automobilistes à l’endroit des cyclistes.

Dur d’être contre quand on voit les attitudes de certains conducteurs.

GÉNÉRALISÉ

Suis-je seul à ressentir pourtant un malaise ?

D’abord, les « mentalités préconçues » et l’arrogance ne sont pas le monopole de l’automobiliste.

Ensuite, le non-respect des lois me semble aussi répandu, peut-être même plus, chez les piétons et les cyclistes.

Quand la Ville de Québec nous donne un exemple de préjugé à combattre que « les piétons traversent n’importe où, n’importe comment », désolé, mais c’est un « préjugé » qui se rapproche dangereusement de la réalité.

Certes, comme le chauffeur d’une automobile peut faire infiniment plus de dégâts, il est normal qu’on le surveille de plus près.

Mais combien de fois voit-on un piéton traverser au milieu de la rue, et non à l’intersection ?

Combien de fois voit-on un piéton traverser la rue avec les oreilles bouchées par ses écouteurs, ou le nez dans son cellulaire, ou les deux ?

La nature nous a donné cinq sens pour nous orienter : la vue, l’ouïe, le goût, le toucher et l’odorat.

Théoriquement, deux de ceux-là ont mobilisés sur la route.

Le piéton aux oreilles bouchées et aux yeux baissés n’en utilise aucun.

Vous pensez que celui-là va respecter le petit bonhomme lumineux qui lui dira d’attendre ?

Si vous froncez les sourcils ou le klaxonnez, il gueulera et donnera un coup de poing sur votre capot.

Et combien de fois voit-on un vélo rouler en sens inverse ou sur le trottoir ?

Combien de fois voit-on un vélo faire comme si les panneaux d’arrêt ne le concernaient pas ?

Combien de fois un cycliste hurle parce qu’il est frôlé, alors que la rue est étroite et qu’il n’y a pas de piste cyclable ?

Pire, avec nos accumulations de neige qui réduisent la largeur de la chaussée, l’usage du vélo est forcément plus dangereux entre novembre et avril.

Ah, mais c’est qu’ils ont le « droit » ! C’est justement l’un des problèmes de notre époque : le droit justifie de congédier prudence et bon sens.

POLICE

C’est comme si leur vulnérabilité mettait forcément cyclistes et piétons dans le bon camp. La présomption de culpabilité pèse sur l’automobiliste.

Je serais curieux de savoir combien de constats d’infraction la police distribue aux piétons et aux cyclistes.

Être le plus vulnérable ne donne pas tous les droits et ne signifie pas forcément que vous avez raison.

La leçon de français (70)

LES HOMOPHONES LEXICAUX

Règles

Les homophones sont des mots dont la prononciation est identique, mais dont l’orthographe et la signification sont différentes. Seul le contexte ou la consultation d’un dictionnaire permettent de lever les ambiguïtés.

L’épreuve de saut en hauteur – Porter un seau – Il n’y a pas de sot métier – Parles sous le sceau du secret

Certains homophones ne se distinguent que par la présence d’un accent.

Un fruit mûr – S’appuyer contre le mur

Ouvrir une boîte de chocolat – Boiter légèrement

Les homophones peuvent être de natures grammaticales différentes.

– nom : Le temps est au beau fixe.

– verbe : Je tends la main à mon ami.

– adverbe : Il a tant plu que la rivière déborde.

Quelques mots homophones sont difficiles à distinguer car ils appartiennent à la même famille : honorer un martyr mais souffrir le martyre.

Astuce ! À l’oral, il faut s’en remettre au sens pour distinguer les homophones.

Kandinsky fut un précurseur de l’art abstrait.

Le charcutier découpe une tranche de lard.

Exercices

1- Quel mot complète cette phrase ?

Un nombre … est-il toujours divisible par deux ?

A) père – B) paire – C) pair – D) perd

2- Par quel nom peut-on remplacer le mot en gras ?

Connais-tu la formule pour calculer la surface d’un trapèze ?

A) l’aire – B) l’ère – C) l’air – D) l’ers

3- Quel mot complète cette phrase ?

La … est utilisée depuis l’Antiquité dans la construction des bâtiments.

A) chaud – B) chaux – C) chaut – D) show

4- Complétez la phrase avec le mot qui convient.

Si M. Tardy commande un fauteuil de salon, il devra verser des … .

A) ares – B) arts – C) arrhes – D) harts

5- Complétez la phrase comme il convient.

Je refuse de prendre … dans cette querelle stupide.

A) partie – B) partis – C) parti – D) partit

6- Par quel mot peut-on remplacer le mot en gras ?

Si vous êtes piqués par un insecte, cela peut être très douloureux.

A) temps – B) taon – C) tant – D) tend

7- Complétez la phrase comme il convient.

La chaleur est si intense que je transpire par tous les … de ma peau.

A) ports – B) porcs – C) pores

Réponses à la fin de l’article.

Source : LAROUSSE, 1000 exercices d’orthographe.

Réponses : 1) C* – 2) A** – 3) B*** – 4) C**** – 5) C – 6) B***** – 7) C
* RAPPEL : pour distinguer les homophones, il faut s’aider du sens de la phrase puis consulter un dictionnaire.
** « L’ers » est une légumineuse bien connue des cruciverbistes. « L’ère » est une période de très longue durée.
*** « Chaut » est la 3e personne du singulier du présent de l’ancien verbe « chaloir » qui signifiait « importer ». Il n’est plus employé que dans l’expression « peu me chaut » qui signifie « peu m’importe ».
**** « L’are » est une mesure agraire et « l’hart » un vieux mot français qui désigne un lien d’osier pour attacher les fagots.
***** ATTENTION : le nom « taon » doit être prononcé [ tã ].
 

Point de droit

RÉGLER SES COMPTES SUR FACEBOOK

La liberté d’expression est un des piliers de notre société. Mais l’une des limites à la liberté d’expression, c’est le droit à la réputation.

Alors si l’envie vous prend de régler vos comptes sur Facebook, gare à la diffamation… Vos écrits pourraient vous coûter cher !

QU’EST-CE QUE LA DIFFAMATION ?

Diffamer quelqu’un, c’est communiquer des propos ou des écrits qui font perdre l’estime ou la considération de cette personne. La diffamation reste de la diffamation, peu importe le médium utilisé : que ce soit dans la « vraie vie » ou sur les médias sociaux, elle est donc traitée de la même façon.

Si vous tenez des propos diffamatoires sur internet, vous commettez une faute. Si cette faute entraîne un dommage, vous pouvez être condamné à indemniser la personne que vous avez diffamée.

Voici quelques exemples de propos diffamatoires qui ont coûté cher à leur auteur.

DES CLIENTS INSATISFAITS

L’été dernier, un couple a dû payer la somme de 3500 $ à une salle de sport qu’il avait dénigrée sur sa page Facebook. Il accusait notamment les propriétaires d’être désagréables, de ne pas respecter la loi et d’être visés par une enquête de la protection du consommateur.

Le juge a conclu que ces écrits, publiés sur la page Facebook de la salle de sport, étaient mensongers, injurieux et diffamatoires. Il a également rappelé que les propos diffamatoires publiés sur les réseaux sociaux sont particulièrement destructeurs er répréhensibles.

UNE SÉPARATION DOULOUREUSE

Il y a quelques années, une femme a poursuivi son ex-conjoint pour diffamation. Elle lui réclamait la somme de 24 000 $ à la suite, entre autres, de propos tenus sur Facebook dans lesquels il la dénigrait. En défense, l’ex-conjoint a affirmé que tout le monde fait ce genre de commentaires et de remarques sur les réseaux sociaux.

Le tribunal n’a pas retenu cette défense et a considéré que les propos tenus par l’homme étaient diffamatoires et avaient pour seul but de nuire à son ancienne conjointe. Il a ainsi été condamné à payer la somme de 5000 $ pour indemniser la femme qui a souffert de ces propos.

Source : Éducaloi, JdeM, 19 nov. 2019, p. 26

Où, le massacre de la langue française va-t-il s’arrêter ?

C’est tout simplement renversant ! Dégenré le français; il, elle, entre autres, n’existent plus et sont remplacés par des mots totalement imbéciles et qui ne veulent absolument rien dire. Qui est à l’arrière de cette révolution stupide ? Le lobby LGBTQ+… une bande de quelques infimes marginaux qui outrepasse son mandat. Dans quel monde de fous vivons-nous ?

Le 19 novembre dernier, Denise Bombardier écrivait sur la question, dans les pages d’opinions du Journal de Montréal. Étant entièrement de son avis, c’est l’article que je veux partager avec vous aujourd’hui.

LE POUVOIR DU LOBBY LGBTQ+ Denise Bombardier

Ce lobby a été créé d’abord pour défendre les droits légitimes des gais et lesbiennes. Mais au fil des ans, il a été kidnappé en quelque sorte par le plus marginal des groupes, à savoir les transgenres.

L’influence hyperactive de ces derniers s’est répandue dans toutes les institutions et dans tous les secteurs d’activités. Pas étonnant que ces militants s’attaquent aussi à la langue qu’ils veulent dégenrer.

L’Office québécois de la langue française (OQLF) a été créé en 1961 pour veiller à la correction et l’enrichissement de la langue parlée et écrite. En 1977, en votant la loi 101, le gouvernement péquiste a fait accroître la portée de l’organisme et en a renforcé l’autorité. Précisons que sa mission première est de préserver le français devant l’envahissement de l’anglais.

Or sous la pression du lobby LGBTQ+, l’OQLF s’est fait piéger. Il faut dire d’abord que ses fonctionnaires travaillent avec compétence et imagination pour nous offrir la bonne traduction de nouvelles expressions anglaises. On leur doit la création du mot « courriel », dédaigné longtemps par l’Académie française, qui a fini par l’accepter, mais trop tard en un sens, puisque les Français et le reste de la francophonie avaient déjà adopté le mot « mail ».

EXIGENCES

Cela étant dit, mine de rien, l’OQLF a décidé de se plier aux exigences du lobby LGBTQ+ en dégenrant le français. C’est ainsi qu’il cautionne toutes les théories non scientifiques opposant sexe et genre, comme on le fait dans les pays anglo-saxons.

La Chambre de commerce LGBT du Québec, soutenue financièrement par l’OQLF, a trouvé une niche dans l’organisme et a réussi à l’instrumentaliser en imposant une transformation progressive de la langue française, qui se décline, on le sait, au masculin et au féminin.

Ainsi l’OQLF approuve-t-il en quelque sorte la rédaction bigenrée en proposant l’usage de termes qui combinent le masculin et le féminin. Par exemple, pour remplacer les mots frère et sœur, il propose froeur ou freureen et tancle pour désigner tante ou oncle. Ne reculant devant aucun obstacle ou aucune absurdité, l’OQLF suggère aussi qu’on remplace les pronoms ceux et celles par ceuzes et celleux et ils et elles par yels ou illes.

Les citoyens paient avec leurs taxes des linguistes qui consentent à dégenrer la langue française, ce qui revient à en détruire son génie, sa beauté et sa capacité à définir le réel.

THÉORIE

À l’UQAM, on enseigne depuis plusieurs années un français neutralisé grâce à des professeurs qui adhèrent à la théorie du genre dont les premières études ont été menées aux États-Unis dans les années 1960 et 1970.

Le gouvernement Trudeau est exemplaire en faisant preuve d’une tolérance sans réserve quant aux exigences transgenres. Le passeport canadien offre désormais trois options : homme, femme, ou autre.

Face à ces offensives, qui cherchent à imposer à l’immense majorité des citoyens des diktats délirants dans le seul but d’accommoder un infime pourcentage de la population, que conclure ? Simplement qu’on refuse que le français au Québec soit piraté par un lobby.

Le pouce vert

Les plantes d’intérieur ça embellit et met de la vie dans un appartement. Selon nos goûts, nos choix se portent sur des plantes qui nous inspirent, qui expriment notre personnalité.

Mais est-ce qu’on fait le bon choix adapté à notre environnement ? Cet article, tirée du magazine Coup de Pouce de novembre, vous donne de judicieux conseils…

PETIT GUIDE POUR NE PAS TUER SES PLANTES !
Emmanuelle Mozayan-Verschaeve

Même si l’on n’a pas le pouce vert, il est possible de transformer notre intérieur en véritable jungle urbaine. Pour ce faire, on suit ces conseils d’experts.

1- LES CRITÈRES DE SÉLECTION

Quel est l’un des principaux critères de sélection d’un végétal ? La luminosité dont il bénéficiera. Lumière forte ou ensoleillement direct, cela orientera le choix des plantes, car certaines en réclament plus que d’autres. Facteur important à considérer : la présence de jeunes enfants ou d’animaux dans la maison. Dans ce cas, on s’assure que les plantes convoitées ne sont ni toxiques ni piquantes.

Par ailleurs, il faut se demander s’il y aura toujours quelqu’un pour s’en occuper, surtout si l’on doit s’absenter longuement et fréquemment, car certaines espèces ont besoin de beaucoup d’attention. Les réponses à ces questions détermineront les espèces appropriées au mode de vie et à l’environnement de chacun. Pour faire le bon choix, on s’informe auprès d’un horticulteur, dans une pépinière ou une boutique spécialisée.

On vérifie ensuite l’état du feuillage, on s’assure que les racines ne sortent pas par les trous de drainage (ceci indique que le pot est trop petit et qu’on devra rempoter la plante immédiatement), que le terreau est humide et qu’il n’y a pas de traces d’insectes. On lit sur l’étiquette de la plante les soins qu’elle requiert. Si tout est beau, on l’adopte !

2- LA LUMIÈRE IDÉALE

En général, les plantes aiment être placées devant une fenêtre. Si la lumière manque, on installe soit un éclairage artificiel fluorescent en combinant un néon blanc froid avec un autre blanc chaud, soit un système à DEL. On évite les ampoules à incandescence, car elles dégagent trop de chaleur. On place les luminaires à environ 30 centimètres au-dessus des végétaux et on les équipe d’une minuterie (de 12 à 14 heures pour les plantes vertes, de 14 à 16 heures pour les plantes à fleurs).

3- LE POT ET LE REMPOTAGE

Peu importe le matériau qui compose le pot, le fond doit toujours être percé afin d’assurer le drainage de la plante. Le moment idéal pour rempoter : le début du printemps. Durant cette période, la lumière devient plus intense et la plante reprend sa croissance après le repos hivernal.

On peut aussi rempoter une plante à n’importe quel moment si le besoin s’en fait sentir. C’est le cas si des racines sortent par les trous de drainage, si une plante n’est pas stable dans son pot, si elle flétrit quelques jours après l’arrosage ou si une croûte blanche (accumulation de sels minéraux) apparaît sur les parois du contenant. Dans ce cas, on procède à un « lessivage du sol » avant de rempoter la plante, c’est-à-dire qu’on la met dans l’évier, puis on l’arrose abondamment. Si l’eau qui sort du trou de drainage est colorée, on la laisse couler jusqu’à ce qu’elle soit claire avant de rempoter.

Le pot de rempotage doit faire environ deux centimètres de diamètre de plus que l’ancien contenant. La veille du rempotage, on arrose la plante pour faciliter la transplantation. Le jour J, on la transvase en s’assurant de ne pas trop déranger les racines. On met un peu de l’ancienne terre au fond du pot, puis on ajoute du nouveau terreau pour plantes d’intérieur.

Le bon truc : avant de rempoter, préparer le nouveau terreau dans un bol en l’humidifiant un peu. On désire conserver le même pot, car il est de la bonne taille ? On fait alors un surfaçage, qui consiste à remplacer trois ou quatre centimètres de l’ancienne terre par du nouveau terreau.

4- UN ARROSAGE BIEN DOSÉ

On mouille la motte jusqu’à ce que l’eau sorte par les trous de drainage. On vide l’excédent au fond du pot quelques minutes plus tard. Il faut ensuite attendre que la terre s’assèche avant de procéder à un nouvel arrosage. Impossible de donner de fréquence, car tout dépend du taux d’humidité dans l’air, de la plante, du type de pot et d sa grosseur.

Le meilleur truc est d’enfoncer l’index dans le terreau : si c’est sec sur deux ou trois centimètres, la plante a soif ! Cependant, pour certaines espèces, comme les succulentes et les cactus, la motte doit être entièrement sèche avant qu’on arrose. Lors de chaque arrosage, on tourne le pot d’un quart de tour afin de maintenir la symétrie de la plante.

5- UN ENVIRONNEMENT HUMIDE

Les plantes aiment un environnement où l’humidité varie entre 40 et 60 %, ce qui est problématique l’hiver, car l’air est sec, à cause du chauffage. Les feuilles risquent de brunir. Pour augmenter le taux d’humidité, on peut utiliser un humidificateur, rassembler les plantes et, bien sûr, les éloigner des sources de chauffage. Il est aussi possible de réer un plateau d’humidité en y mettant des pierres et de l’eau. Il ne restera plus qu’à placer les pots, sans leur soucoupe, sur ce plateau, en veillant à ce que la base des contenants ne baigne pas dans l’eau.

6- FERTILISER… JUSTE ASSEZ

Qu’il s’agisse d’engrais naturels ou d’engrais solubles, les fertilisants aident la plante à grandir. On en met pendant la période de croissance active (de mars à octobre), chaque mois pour les végétaux à croissance rapide et tous les deux mois pour les autres, mais on ne fertilise pas une plante qui est malade, dont la terre est sèche ou encore qui vient d’être rempotée, car le nouveau terreau contient des engrais. On attend un mois avant de fertiliser une plante fraîchement rempotée.

7- NETTOYER ET INSPECTER LE FEUILLAGE

La poussière s’accumule sur les feuilles ? Cela risque de bloquer la formation de la chlorophylle ! On les lave à l’aide d’un chiffon imbibé d’eau légèrement savonneuse ou on douche le feuillage après avoir pris soin de couvrir le terreau avec un linge. Par contre, il ne faut pas mouiller les plantes appartenant à des espèces à feuilles duveteuses, parce qu’elles sont facilement tachées par l’eau. On les débarrasse de la poussière au moyen d’une petite brosse douce.

On observe régulièrement ses plantes pour vérifier qu’elles ne sont pas infestées d’insectes. Il n’existe pas de traitement préventif : on soigne nos végétaux dès que les problèmes apparaissent.

Samedi de rigoler

Un jeune homme venait tout juste d’obtenir son permis de conduire. Il demande donc à son père s’ils pouvaient discuter ensemble de l’utilisation de la voiture familiale. Son père l’amène dans son bureau et lui propose le marché suivant :

– Tu améliores ton rendement scolaire, tu étudies la bible et tu te fais couper les cheveux. Ensuite, nous parlerons de la voiture.

Un mois plus tard, le garçon revient à la charge et, encore, son père l’amène dans son bureau. Le père ne tarde pas à prendre la parole.

– Mon fils, je suis très fier de toi. Ça va beaucoup mieux à l’école; tu t’es concentré sur la bible plus que je ne l’aurais cru, mais tu ne t’es pas fait couper les cheveux.

Le jeune réplique :

– Tu sais, papa, j’ai réfléchi à cela… Samson avait les cheveux longs… Moïse avait les cheveux longs… Noé avait les cheveux longs… et Jésus avait les cheveux longs.

Et du tac au tac, le père réplique :

– Et ils se déplaçaient tous à pied !

———————————————————————-

Une femme est au lit avec son amant. En pleine action, un bruit dans la serrure de la porte d’entrée les fige ! (et comme chacun le sait, dans les appartements modernes, pas de place sous le lit, la penderie est ridicule, le balcon inexistant et elle habite au 12ème étage). Sans se démonter, elle lui dit :

-Reste calme, debout, absolument immobile, ne dis rien.

– Surprise de me voir Darling ? Mon vol a été avancé et j’ai terminé plus tôt.

Quand il voit le type dans la chambre, il demande :

– C’est quoi ça ?

– Je viens de le recevoir, figure-toi. C’est mon esclave sexuel robotisé Powered by Microsoft. Tu es toujours parti, en réunion, ou en voyage. Alors… C’est comme un vibro mais en plus grand. Tu ne voudrais quand même pas que je me tape le plombier ou le voisin ?

– Laisse-moi ça de côté, je vais te faire ta fête, j’ai une envie de bête.

Elle, qui vient d’être servie, répond :

– Non chéri, j’ai la migraine !

– Merde, c’est toujours pareil ! Bon, va à la cuisine me faire une omelette.

– Ok !

Il regarde le robot et n’y tenant plus, il se dit :

« Ce qui est bon pour elle est bon pour moi », et il se jette pantalon baissé sur le malheureux pour le sodomiser. À ce moment-là, l’amant prend une voix métallique et dit :

Erreur-système ! Emplacement réservé USB.

– Saleté de robot !

Fou de rage le mari le met sur son épaule et va vers la fenêtre pour le balancer. Et l’amant reprend, mort de peur :

– Windows XP réinitialisé ! Veuillez réessayer…

—————————————————————————

Un papa est au restaurant avec son fils de 4 ans lorsque ce dernier avale un 25 cents qui traînait sur la table. Il s’étouffe, devient bleu et toutes les tentatives du papa restent vaines. À la table d’à côté, une femme qui lisait tranquillement son journal, pas pressée du tout, s’approche. Sans dire un mot, très sûre d’elle, elle prend les testicules du petit garçon et se met à serrer de plus en plus fort.

Le petit devient mauve, violet et comme de fait, recrache soudain le 25 sous que la dame attrape au vol d’un geste souple.

– Wow! S’écrie le papa, je n’ai jamais vu ça! Vous êtes médecin ?

– Non, je travaille pour Revenu Québec !

—————————————————————————

C’est l’histoire du gars qui entre dans le bureau de l’assistance-sociale pour aller chercher son chèque. Il se rend directement au comptoir et dit :

– Vous savez… je déteste avoir un chèque du bien-être à chaque mois ! J’aimerais bien mieux avoir un bon boulot et travailler pour gagner ma vie.

Le travailleur social derrière le comptoir lui dit :

– Ça tombe bien! On vient juste d’avoir une ouverture pour un travail. C’est un vieux riche qui a besoin d’un chauffeur et garde du corps pour sa très jolie jeune fille. Vous aurez à conduire la Mercedes du bonhomme et les vêtements seront fournis. Aussi, à cause des longues heures de travail vos repas seront payés. Vous aurez à accompagner la demoiselle outre-mer pour ses vacances ainsi qu’à satisfaire tous ses besoins sexuels. Vous disposerez d’un appartement 3 1/2 en haut du garage. Le salaire est de $ 200 000 par année.

Le gars regarde le travailleur social avec des yeux grands et dit :

– Tu me niaises ???

Le travailleur social lui répond :

– C’est toi qui as commencé !

————————————————————————

Une touchante histoire d’amour… Un très vieil homme était étendu, mourant, dans son lit. Soudain, il sentit l’odeur de ses biscuits aux pépites de chocolat favoris. Il prit le peu de force qui lui restait pour se lever du lit. Se tenant au mur, il se dirigea hors de la chambre à coucher.

Et avec un plus grand effort, il descendit l’escalier en tenant la rampe avec ses deux mains. En respirant péniblement, il se tint dans le cadre de la porte regardant vers la cuisine. S’il n’avait pas été à l’agonie, il se serait cru déjà au ciel. Là, dans la cuisine, sur la nappe, il y avait des centaines de ses biscuits favoris.

Était-ce le ciel ? Était-ce un acte héroïque de sa femme dévouée désirant qu’il quitte ce monde en homme heureux ???

Dans un ultime effort, il rampa vers la table, se soulevant péniblement avec ses mains tremblantes, et tenta de prendre un biscuit. Soudain, il reçut un coup de spatule sur la tête.

– Touche pas! Lui dit sa femme, c’est pour l’enterrement…

L’étiquette du cadeau : faut-il donner ou non ?

HO! HO! OHHHHHH… Quand Noël arrive, on gâte nos enfants, notre amoureux, nos amis et notre famille, bien sûr ! Mais doit-on aussi donner un cadeau à notre coiffeur, aux profs des enfants, à nos clients, à notre femme de ménage et au coach de hockey ?

À QUI DONNER, MAIS SURTOUT POURQUOI ?

Il faut écouter notre propre discours. Se dit-on : « J’ai envie de donner un cadeau à ma collègue » ou « Il faut que je trouve un cadeau pour le prof d’Éloïse… » ? Tout est là quand on y songe. Donner est un geste porteur, lourd de sens… et de potentiels malaises et maladresses.

Le psychologue Kaven Vachon l’explique clairement : « Généralement, on offre un cadeau pour une des quatre raisons suivantes : pour faire plaisir, pour dire merci, par convention ou dans le but d’obtenir une faveur en retour, de rendre l’autre redevable. »

À Noël, notre budget n’est pas élastique, Il faut choisir à qui on donnera un cadeau. Et c’est là que tout se complique. Doit-on privilégier notre coiffeur ou l’enseignant de notre enfant ? Nos employés ou ceux du CHLSD où vit notre mère ? Selon Julie Blais Comeau, spécialiste de l’étiquette et fondatrice de etiquettejulie.com, deux facteurs devraient guider notre réflexion : l’importance de cette personne dans notre vie (ou dans celle de nos enfants, de nos parents) et la durée des services rendus. Ainsi, on privilégiera peut-être la gardienne qui nous aide depuis cinq ans plutôt que notre nouvelle esthéticienne.

Tout est donc une question de choix personnel. C’est ce que rappelle Danielle Roberge, consultante en étiquette, protocole et service client, et présidente de l’Association Femmes Entrepreneures Québec. « Il n’y a pas de règles proprement dites ou d’obligations en ce sens. Cela dépend surtout du degré d’altruisme, d’empathie et de générosité de chacun, mais également de sa situation financière. »

À chacun de réfléchir, chaque année, avant de courir partout dans les magasins. Ce n’est pas parce qu’à Noël on a donné à tout le monde qu’on doit toujours le faire. Nos valeurs, notre budget et nos intentions doivent nous guider.

LE MESSAGE DERIÈRE LE GESTE

Donner parce qu’il le faut, que tout le monde le fait ou que l’on se demande ce qu’en penseront les autres si l’on n’apporte rien risque d’envoyer un message flou. La personne qui reçoit notre cadeau peut mal interpréter notre geste ou se sentir mal à l’aise. Il est donc nécessaire de s’interroger sur notre intention et le message que l’on veut transmettre.

Par ailleurs, cadeau ne rime pas toujours avec dépense. Une carte portant un mot personnalisé et sincère a une grande valeur. Julie Blais Comeau suggère d’être le plus précis possible dans nos remerciements. Par exemple, « Je vous suis très reconnaissante d’avoir aidé mon enfant à être plus confiant lors de ses exposés oraux » ou « Vous avez fait une grande différence dans notre vie, grâce à… » Il est important de souligner les talents ou l’apport bénéfique de chacun.

La valeur du contact humain est inestimable, en particulier dans notre quotidien où tout va si vite que l’on oublie parfois de soigner nos relations. Cinq minutes suffisent pour transmettre nos vœux, remercier sincèrement quelqu’un en ayant un contact visuel soutenu (pas sur son téléphone, de préférence !) et terminer le tout par une poignée de main franche. Les gestes d’affection, de reconnaissance et de gratitude sont aussi de précieux cadeaux.

Nadine Descheneaux, Coup de Pouce, décembre 2019

SUGGESTIONS DE CADEAUX

SPHÈRE ÉCOLE

L’ENSEIGNANTE, LE STAGIAIRE, LE PROFESSEUR DE MUSIQUE, LE CHAUFFEUR D’AUTOBUS, L’ÉDUCATRICE, L’ORTHOPÉDAGOGUE, ALOUETTE !

Suggestions de cadeaux :

Des douceurs : popcorn de différents parfums, préparation pour chocolat chaud, huiles pour cuisiner, un bon-cadeau dans une librairie.

Idée originale à miniprix :

On offre un cadeau de groupe, ce qui évite des malaises entre les enseignants et les spécialistes qui aident notre enfant. On apporte des beignes, du café ou un immense plateau de fruits que l’on fait déposer dans la salle des enseignants au cours de la dernière journée d’école.

SPHÈRE TRAVAIL

LES COLLÈGUES, LES CLIENTS, LES STAGIAIRES, ETC.

Règles à observer :

« On offre des cadeaux selon la hiérarchie, toujours de haut en bas ou à l’horizontale. Donc, un patron peut gâter ses employés, mais pas l’inverse, car dans ce cas le cadeau pourrait être vu comme une façon de s’attirer des faveurs. À moins que l’on se mette en groupe pour donner un cadeau au patron », explique Julie Blais Comeau.

On donne le même présent à chacun de nos employés ou de nos clients, pour ne pas faire naître de fausses rumeurs. On varie simplement la couleur, par exemple.

Avant d’offrir un cadeau à un client ou à un fournisseur, on vérifie s’il a le droit d’en recevoir, pour ne pas le mettre dans l’embarras.

Suggestions de cadeaux :

Un carnet. Un cadre. Une tasse thermos ou tout autre objet potentiellement utile au travail. Un chèque-cadeau échangeable contre des billets de cinéma.

Idée originale :

Quelques jours avant Noël, on paie le déjeuner, comprenant croissants, viennoiseries, chocolat chaud et café.

SPHÈRE SERVICES

LE PERSONNEL DU CHSLD DE NOS PARENTS, NOTRE FEMME DE MÉNAGE, NOTRE COIFFEUSE, NOTRE GARAGISTE, ETC.

Suggestions de cadeaux :

Un plus gros pourboire. Un cadeau périssable qui n’encombrera pas sa maison et qui peut être partagé : boîte de chocolats, assortiment de cafés pour la machine des employés, etc.

Idée originale :

On fait un don par l’entremise de CanaDon. C’est la personne qui reçoit le cadeau qui choisit l’organisme de bienfaisance dans une longue liste préétablie. Écolo et généreux !

Vers l’indépendance ?

Et pourquoi pas ? C’est fou comme cette option revient dans l’actualité. Même l’Alberta y songe, parce que, voyez-vous, ils nous trouvent exigeants, arrogants et aimeraient beaucoup qu’on fiche le camp. La Colombie-Britannique y songe également depuis belle lurette. La péréquation en fait chier plusieurs.

En fait, nous sommes en longue et interminable instance de divorce avec le reste du Canada. Le mariage ne peut plus durer et même un conciliateur ne saurait réparer les pots cassés. N’oublions jamais que la constitution canadienne nous a été rentrée de force dans la gorge en hypocrites, comme le reste du Canada se définit. Et les mascarades en autobus bondés des deux derniers référendums étaient assez évidentes à cet égard.

Toujours est-il que le 10 novembre dernier, Richard Martineau publiait un article intéressant dans le Journal de Montréal, sur l’« amour » inconditionnel que nous portent les Canadiens. C’est vous dire ce qu’ils pensent de nous, et c’est le texte que je vous propose aujourd’hui.

LE QUÉBEC, CETTE TUMEUR CANCÉREUSE Richard Martineau

Après le Globe ans Mail, qui a publié un éditorial affirmant que la loi 21 est une « tache sur le Canada », c’est au tour du National Post de tirer à boulets rouges sur le Québec.

Mercredi dernier, le commentateur Chris Selly a pris la plume pour dénoncer « l’intolérance » et « le racisme » des Québécois.

« BON DÉBARRAS ! »

Ce n’est pas la première fois que Selly tient de tels propos. Le 15 août 2012, il écrivait : « C’est fini de marcher sur des œufs. Il faut dénoncer l’étroitesse d’esprit et les tendances xénophobes du Québec. »

Cette semaine, le chroniqueur du National Post est allé plus loin.

Choqué par la décision du gouvernement Legault d’offrir des services uniquement en français aux nouveaux arrivants, Chris Selly a écrit que le principal danger, avec le Québec, n’est pas que la province finisse un jour par quitter le Canada… c’est qu’elle décide de rester !

En effet, nous sommes tellement racistes et tellement intolérants que nous représentons un véritable danger pour la fédération canadienne !

Selon Selly, la meilleure chose qui pourrait arriver au Canada si le Québec continue de maltraiter ses minorités et ses immigrants de la sorte est que nous sacrions notre camp !

UNE CICATRICE

« Les limites que le Québec impose à la liberté d’expression sous prétexte de défendre la langue française sont tellement ancrées dans l’inconscient collectif national et sont tellement acceptées par l’ensemble des partis politiques du pays qu’on ne s’aperçoit même plus que ce sont des attaques contre une liberté fondamentale », écrit Selly.

En d’autres mots, la fermeture d’esprit des Québécois est en train de gangréner le reste du pays.

Pour sauver le Canada, il faudrait nous extirper de la fédération, comme si nous étions une tumeur cancéreuse ! Et c’est nous qu’on traite de racistes ! Tout juste si on ne nous dit pas que nous sommes indignes d’être Canadiens ! Que nous faisons honte au pays ! Que nous sommes une anomalie, un affront, une cicatrice sur le visage du plus beau pays du monde !

MESSAGES D’AMOUR

Il faut lire les commentaires en bas du texte de Selly…

« Les Québécois se sentent supérieurs aux autres Canadiens. »

« Avec vos lois, vous tentez de protéger artificiellement une langue et une culture qui, naturellement, devraient être reléguées aux oubliettes de l’histoire… »

« Le temps est venu de mettre le Québec à sa place… »

« Les francophones veulent imposer leur culture aux autres. »

« Pourquoi le Canada ne se sépare-t-il pas du Québec ? On leur laissera Justin et on pourra enfin vivre heureux… »

« Les Québécois agissent envers leurs minorités comme un enfant qui utilise une loupe pour faire brûler une fourmilière. »

« Les Québécois qui vont en Floride l’hiver ont même exigé d’avoir des noms de rues en français ! »

« Le problème est que le Canada donne au Québec tout ce qu’il veut… »

« Le Québec est une tache sur notre pays. S’il vous plaît, partez ! Vous vivez aux crochets de la péréquation ! »

« Mon mari et moi avons déménagé au Québec en avril 2017 et le regrettons. Leurs politiques sont malsaines. »

« Les Québécois veulent préserver leur culture, mais empêchent les minorités de préserver la leur… »

« Grâce au Québec, j’ai étudié gratuitement. Et dès que j’ai eu mon diplôme, j’ai sacré le camp. »

C’est beau, non ?

La leçon de français (69)

LES NOMS TERMINÉS PAR LE SON [ ãs ] (ance ; ence)

Règles

Les noms féminins terminés par le son [ ãs ] s’écrivent généralement avec deux terminaisons différentes, aussi fréquentes l’une que l’autre.

« -ance » : la chance – la puissance – la nuance

Beaucoup de ces noms sont dérivés d’adjectifs qualificatifs ou d’adjectifs verbaux en « -ant » : obéissant – l’obéissance et confiant – la confiance

« -ence » : la fréquence – la négligence – la diligence

Beaucoup de ces noms sont dérivés d’adjectifs qualificatifs en « -ent » : Fréquent – la fréquence et différent – la différence

Exceptions à cette règle : exigeant – l’exigence et existant – l’existence

Astuce ! On peut trouver la terminaison correcte en pensant à un mot de la même famille : avancer – l’avance mais un absent – l’absence

Quelques noms ont des terminaisons particulières.

« -anse » : la danse – l’anse – la panse – la transe

« -ense » : la défense – l’offense – la dépense – la dispense

Attention ! un seul nom terminé par le son [ ãs ] est masculin : le silence.

Exercices

1- Quelle terminaison complète le nom en gras ?

Quelle est la fré… de la station musicale préférée.

A) quance – B) quence – C) quense – D) quanse

2- Complétez le nom en gras comme il convient.

Des sociétés calculent chaque jour l’au… des différentes chaînes.

A) diense – B) diance – C) dience – D) dianse

3- Quelle est la terminaison de tous ces noms ?

La dist… – la conven… – la réjouiss… – l’arrog…

A) ance – B) ence – C) anse – D) ense

4- Quel groupe de lettres permet de former le nom qui complète cette phrase ?

L’avion en … pour le Brésil se rend sur la piste d’envol.

A) a-t-n-e-p-r-e-c – B) t-s-p-r-n-a-e-e

C) e-c-n-a-t-r-a-p – D) a-a-e-s-n-t-r-p

5- Quelle terminaison complète le nom en gras ?

La p… est l’une des quatre poches de l’estomac des ruminants.

A) ense – B) ance – C) ence – D) anse

6- Quel est le seul verbe qui n’a pas de nom dérivé terminé par « -ance » ?

A) réjouir – B) attirer – C) patienter – D) assurer

7- Quel est le seul verbe qui n’a pas de nom dérivé terminé par « -ence » ?

A) coïncider – B) persister – C) exister – D) adhérer

Réponses à la fin de l’article.

Source : LAROUSSE, 1000 exercices d’orthographe.

Réponses : 1) B – 2) C – 3) A – 4) C – 5) D – 6) C* – 7) B**
* Le nom dérivé est « la patience », les autres étant « la réjouissance; l’attirance; l’assurance ».
** Le nom dérivé est « la persistance »; les autres étant : « la coïncidence; l’existence; l’adhérence ».

Salmigondis

LES NOUVEAUX TARIFS DES STATIONNEMENTS EN SANTÉ

Enfin la ministre de la santé, Danielle McCann, a annoncé les nouveaux tarifs de stationnement pour tous les hôpitaux du Québec, les CHSLD, les CLSC et autres établissements de santé.

Les deux premières heures gratuites, un maximum journalier entre 7 et 10 $ pour plus de quatre heures, et un tarif intermédiaire équivalent à 60% du maximum journalier pour le stationnement d’une durée entre deux et quatre heures.

Par ailleurs, je suis définitivement contre les subventions qui seront accordées à ces institutions, payées par nous les CONtribuables. Alors pour subir des baisses de tarifs, aux personnes qui doivent aller dans un établissement de santé, TOUTE la population devra mettre les mains dans ses poches. Un cadeau empoisonné ! C’est absolument inutile cette subvention. Que ces réseaux de la santé se contentent des revenus que génèreront leurs stationnements.

Dernier point curieux, on nous promet l’entrée en vigueur de cette réforme pour le printemps prochain… au plus tard le 20 juin. Oupppsss ! Chanceux que nous sommes. Une journée de plus et c’était l’été !

MICHAEL SABIA QUITTE LA CAISSE DE DÉPÔTS ET PLACEMENTS DU QUÉBEC

Après 11 ans à la tête de la Caisse, son Président quittera en février prochain. À compter de maintenant, on vantera son travail comme lui-même l’a fait, interrogé récemment par Pierre Bruneau à TVA. Comme tout bon politicien, sa promesse de se rendre en 2021 prend le bord. Il quitte pour un nouveau défi en Ontario. Quoi qu’il en soit c’est un milieu tellement fermé qu’on pout s’interroger sur les raisons de son départ précipité.

On sait que le REM a sa part de problème et que les coûts seront pas mal plus élevés que ce qui était prévu. Il se dit satisfait du travail accompli, mais pour ma part, ce que je lui reproche, c’est d’avoir usé abondamment des paradis fiscaux. Ces investissements qui se poursuivent malgré les intentions murmurées des gouvernements pour les combattre. Encore des coups d’épées dans l’eau. C’est payant pour l’État, en plus des sommes faramineuses en impôts que les CONtribuables ne cessent de payer.

IL FAUT QU’IL CRÈVE EN PRISON

J’espère sincèrement que la juge Myriam Lachance se rendra aux arguments des différents proches des familles éprouvées, et imposera une peine cumulative pour le meurtrier Ugo Fredette qui a enlevé la vie à deux personnes le 14 septembre 2017. Un tel crime doit se terminer par une peine d’emprisonnement à vie. Il ne doit plus voir le soleil autrement que de sa cellule. Heureusement que la peine de mort ne soit plus en vigueur au Canada parce qu’elle serait trop douce pour cet assassin.

Les témoignages rendus au tribunal le 12 novembre dernier étaient assez éloquents sur le ravage que cet ignoble individu a pu causer dans cette affaire atroce. Le sévère traumatisme provoqué à l’enfant de 6 ans, témoin direct du drame, devrait être prépondérant dans la décision de la juge.

UN GESTE ANTISPORTIF

Pourquoi huer énergiquement P.K. Subban ? Lors de la dernière visite à Montréal des Devils du New-Jersey, les spectateurs ne se sont pas gênés pour le huer à chacune des occasions où il était en possession de la rondelle. Qu’est-ce que P.K. a fait de négatif pour Montréal ? C’est un joueur qui a son style bien à lui, c’est un homme élégant, et qui est loin d’avoir l’air de ces vedettes aux airs délabrés. Il n’a jamais parlé contre Montréal et au contraire, il continue de s’impliquer dans la communauté partout où il passe. Il a gardé de forts liens avec la communauté montréalaise et principalement les enfants.

P.K. n’a tout de même pas demandé à être échangé aux Predators de Nashville. C’est Marc Bergevin qui l’a échangé pour Shea Weber, si on se souvient bien. L’autre soir, au Centre Bell, ce n’était vraiment pas une bonne idée des spectateurs. Je veux bien croire que vous payez votre billet, mais celui-ci ne vous donne pas tous les droits.

Ça reste un sport, un divertissement, et le respect est toujours de mise. Un peu comme le disait Michel Bergeron; « Vous avez applaudi récemment Zdeno Chara pour sa carrière, alors qu’il a failli envoyer Max Pacioretty dans l’éternité, il n’y a pas si longtemps », ça, c’était un geste violent, négatif et inconscient contre un de nos joueurs. Je me souviens…? Permettez-moi d’en douter.

LE FRANÇAIS RÉGRESSE AU QUÉBEC

Ça vous étonne ? Moi, pas ! Et principalement dans la grande région de Montréal on a qu’à voir l’affichage pour le constater. Tout s’anglicise ! Du côté de la langue parlée c’est encore pire; beaucoup d’anglicismes vont partie du vocabulaire quotidien, dont le « Oh my God » qu’on entend à outrance. C’est devenu une mode.

Je souhaite que le ministre Simon Jolin-Barrette fera une importante révision de la loi 101 et surtout mettre l’accent sur son application et faire définitivement un ménage dans l’affichage. Si les plus de 50 ans sont favorables à son durcissement, il en va tout autrement des jeunes d’aujourd’hui qui usent à outrance des expressions de langue anglaise. Au fait, combien de contenu français est accessible sur Netflix ? Sa popularité en est une des causes.