Trois gouttes de lumière…

Une femme mourut seule dans une maison de retraite.

Quand le personnel vida sa chambre, ils trouvèrent une lettre dans un coffre. La lettre était adressée aux infirmières et au personnel du CHSLD. L’un d’entre eux la lut à voix haute et pendant qu’il le faisait, ils explosèrent tous en larmes. Les mots sur la lettre disaient :

« Chers assistants, que voyez-vous quand vous me regardez ? Probablement une vieille dame et une femme fragile, pas très intelligente, pas très soignée et avec des habitudes étranges. Une personne avec des yeux absents et éteints.

Quelqu’un qui n’obéit pas, recrache la nourriture, et qui parfois n’arrive pas à rejoindre les toilettes à temps. Quelqu’un qui par sa seule présence vous rend juste frustrés. C’est tout ce que vous voyez de moi ou je me trompe ? Si j’ai raison, vous devriez regarder de plus près… parce que je ne suis pas seulement ça.

Je suis une petite fille… et j’ai eu la chance de naître dans une famille remplie d’amour.

Je suis une jeune épouse… mon cœur bat fort parce que je suis sur le point de faire un vœu pour toute la vie.

Je suis une mère… j’ai deux beaux enfants qui m’aiment et qui ont besoin de moi.

Je suis une femme… qui devient chaque jour plus intelligente et mature. Mes enfants sont en train de grandir mais je sens au plus profond de mon cœur qu’ils ne me laisseront jamais vraiment.

Je suis une femme d’un âge moyen… mes enfants ne vivent plus avec moi depuis longtemps et mon mari et moi sommes heureux dans notre intimité.

Je suis grand-mère… pour la première fois après tant d’années, je tiens dans mes bras un nouveau-né et je ne pourrais être plus heureuse.

Je suis veuve… un nuage sombre a entouré ma vie et je pleure la mort de mon mari. Je ne pense pas être capable de vivre sans lui et quand je pense au futur je me sens perdue. Maintenant qu’il n’est plus là, je n’ai plus personne qui prend soin de moi. Mes enfants ont leur famille et je ne veux pas être un poids.

Je suis une vieille dame… la nature n’a pas de pitié et je me sens prisonnière de mon corps. La force et la beauté m’ont maintenant abandonnée. Malgré tout ça, cependant, au plus profond de moi, cette petite fille existe encore, coincée dans un corps sans muscles et plein de rides.

Dans ma tête je repense à tous ces moments heureux que j’ai vécus et aussi aux tristes, en acceptant le fait que rien ne dure toujours. Ouvrez donc les yeux et regardez de plus près. Vous n’êtes pas en train de regarder une vieille dame fragile… vous me regardez. »

Chacun de nous a un passé rempli de bonheur et de tristesse. Une vie bien vécue, riche d’expériences et d’enseignements.

Les personnes âgées doivent toujours être respectées… et souvenez-vous, un jour ce sera vous.