Économiser sans trop se priver

Qu’on ait à composer avec un budget plus serré ou qu’on souhaite mettre de l’argent de côté pour nos projets, il n’y a pas de secret : il faut tailler dans les dépenses. Mais il n’est pas nécessaire de renoncer à tous nos petits plaisirs pour autant. Deux pros de l’épargne au quotidien nous guident en vue de dépenser plus intelligemment.

LA NÉGOCIATION

« J’ai économisé beaucoup d’argent en revoyant, un à un, mes contrats de télécommunications, mes forfaits bancaires et d’assurances », dit Béatrice Bernard-Poulin, conférencière, auteure, blogueuse et vulgarisatrice financière. Il faut prendre le temps de faire nos recherches, puis d’appeler plusieurs services à la clientèle et négocier.

La démarche peut paraître fastidieuse, mais elle en vaut vraiment la peine, selon la spécialiste. « De cette manière, on peut économiser plusieurs centaines de dollars par année, en plus d’avoir des forfaits qui conviennent mieux à nos besoins. » Et on n’hésite pas à renouveler l’exercice tous les deux à trois ans.

LA PLANIFICATION

Béatrice Bernard-Poulin fait une liste chaque fois qu’elle sort magasiner. « Comme je suis de type dépensière, je fais une liste même quand je vais au centre commercial, par exemple. Cela m’empêche
de faire des dépenses non planifiées et superflues. »

LA RÉFLEXION

La première question à se poser avant d’acheter quoi que ce soit, selon Tiffany Aliche – alias The Budgetnista, éducatrice financière américaine reconnue qui a déjà aidé près de 800 000 femmes à mettre de l’ordre dans leurs finances –, c’est tout simplement : en ai-je besoin ? « C’est simple, mais la réponse à cette question est souvent… non ! On a besoin de peu, quand on prend le temps d’y penser. »

Et on ne se questionne pas juste quand on est sur le point de craquer pour cette jolie robe hors de prix aperçue dans notre fil Instagram, mais aussi à l’épicerie et à la pharmacie. Bref, toutes les fois que l’argent sort.

L’ANALYSE

Faire un suivi de ses dépenses pendant quelques semaines est peu engageant, mais Béatrice Bernard-Poulin affirme que c’est une étape obligatoire afin de mieux comprendre où va notre argent et ajuster notre budget en conséquence. « Le but n’est pas de se culpabiliser, bien au contraire ! On note nos dépenses sans jugement, ce qui nous permet d’avoir un portrait juste de nos habitudes. » Pour nous y aider, il existe de nombreux outils, comme l’application Portefeuille ou Budget en ligne. La conférencière propose également des outils Excel sur son blogue.

Tiffany Aliche, quant à elle, propose de classer nos achats dans deux catégories : ceux qu’on « aime » (love) et ceux qui nous « plaisent » (like). « Les achats qu’on aime sont ceux qui sont liés à notre bonheur à long terme et ils sont différents pour chaque personne. Par exemple, si on aime passer du temps à l’extérieur et travailler de nos mains, investir dans un jardin est un achat du type love, puisqu’il nous tiendra occupée tout en nous fournissant des produits frais, alors qu’une nouvelle paire de talons hauts, qui nous apportera plutôt un bonheur à court terme, est du type like.

Elle insiste sur le fait que, bien que dépenser
pour des choses qu’on aime est plus stratégique, on peut se permettre un petit « like » une fois de temps en temps.

LES CHOIX

Une fois que l’on a identifié nos habitudes de consommation, il faut choisir où l’on réduit les frais.

C’est le moment de faire des choix qui, ultimement, nous permettront de diminuer nos dépenses, et donc d’avoir plus d’argent à investir dans des choses qui nous comblent réellement. « Je me suis rendu compte que je dépensais l’équivalent d’un voyage à l’étranger par année… pour le câble ! Pourtant, écouter la télé ne me procure pas tant de bonheur. J’ai donc fait le choix d’annuler mon abonnement et d’utiliser cet argent autrement. Je ne le regrette pas du tout; le changement dans mes habitudes a été plus facile que prévu », avoue Béatrice Bernard-Poulin, qui conseille de se questionner sur ces dépenses habituelles bien ancrées, mais dont on pourrait aisément se passer.

« Si on a tendance à faire beaucoup d’achats impulsifs, mieux vaut se demander si on désire vraiment l’objet ou le service que l’on s’apprête à acheter avant de sortir notre carte de crédit.

Sert-il à combler un besoin qui pourrait l’être autrement ? » ajoute Tiffany Aliche. On peut par exemple se donner systématiquement un délai de réflexion de 24 heures avant de procéder à l’achat de l’objet convoité.

Source : Élisabeth Massicolli, Coup de Pouce, juillet-août 2020