La modération a bien meilleur goût

Comme le disait il y a quelques années ce slogan d’une certaine campagne publicitaire d’Éduc’alcool, il faut définitivement contrôler sa consommation d’alcool et principalement en période de stress. Les conseils qui suivent pourraient vous aider à passer au travers sans hériter des conséquences néfastes d’une forte consommation.

NE NOYEZ PAS VOTRE STRESS

Pour vous détendre en période de stress, quelques verres « de trop » sont devenus coutume ? Voici quelques conseils pour retrouver une saine consommation d’alcool.

Dans des moments difficiles, l’alcool devient pour plusieurs un moyen de relaxer. C’est ainsi que vous êtes nombreux à avoir mis les apéros virtuels à votre agenda pendant la période de confinement. Et peut-être avez-vous pris l’habitude de prendre un verre ou deux de plus, sachant que vous n’aviez pas à conduire…

« Quand on est confiné à la maison, les freins naturels à la surconsommation, comme la conduite, n’existent plus, explique Hubert Sacy, directeur général d’Éduc’alcool. Il est plus facile de boire davantage et à n’importe quel moment de la journée, notamment pour noyer le stress de l’ennui. »

Si vous avez pris de mauvais plis, voici quelques conseils pour vous aider à retrouver une consommation équilibrée.

FAITES LE POINT

Hubert Sacy suggère de profiter de toute fin d’un épisode stressant pour évaluer votre consommation d’alcool. Est-elle plus élevée qu’avant ? Questionnez-vous également sur les raisons qui vous poussent à prendre de l’alcool. « La recherche de l’effet euphorisant pour chasser le stress, par exemple, pousse à trop boire », signale le directeur général d’Éduc’alcool. En prendre conscience est la première étape vers de meilleures habitudes.

« Évaluez aussi la place que tient l’alcool dans votre budget », ajoute-t-il. Si vous dépensez plus qu’avant en vin, bière ou spiritueux, cela indique probablement que votre consommation a augmenté.

COMPTEZ VOS VERRES

« Analysez la fréquence de votre consommation et la quantité d’alcool ingérée », conseille Anne Élizabeth Lapointe, directrice générale de la Maison Jean Lapointe. Vous pouvez utiliser les questionnaires de Toxquebec.com dans la section « s’auto-évaluer », ou simplement tenir un journal de vos habitudes.

Votre objectif ? Suivre les limites recommandées par Éduc’Alcool : pas plus de deux verres par jour pour les femmes, pour un total de 10 par semaine, et pas plus de trois verres par jour pour les hommes, pour un total de 15 par semaine. « On respecte idéalement au moins deux jours d’abstinence par semaine », ajoute Anne Élizabeth Lapointe

ALTERNEZ ENTRE BOISSONS ALCOOLISÉES ET BOISSONS NON ALCOOLISÉES

Évidemment, il y a le bon vieux truc du verre d’eau entre chaque verre d’alcool. Sinon, le site alternalcool.com, créé par Éduc’alcool, vous propose plus de 150 recettes de cocktails sans alcool.

RELAXEZ… AUTREMENT

Pour diminuer votre stress ou vous changer les idées, sortez plutôt prendre l’air, méditez, cuisinez, faites de l’exercice. « Et, en cas de besoin, n’hésitez pas à demander de l’aide professionnelle pour gérer votre anxiété », conseille la directrice générale de la Maison Jean Lapointe.

AU BESOIN, CONSULTEZ DES EXPERTS EN DÉPENDANCE

« Si vous êtes un buveur excessif, n’arrêtez pas subitement », prévient Anne Élizabeth Lapointe. Commencez par diminuer le nombre de verres quotidiens, puis introduisez les jours d’abstinence. En y allant graduellement, on évite au corps de subir les symptômes du sevrage.

Vous n’y arrivez pas ? Il existe plusieurs ressources pour vous guider. La Maison Jean Lapointe (maisonjeanlapointe.org) offre notamment un nouveau programme d’accompagnement virtuel disponible en tout temps : présence d’une infirmière et d’un médecin, rencontres individuelles et en groupe avec un intervenant spécialisé… Le tout à distance !

Source : Nathalie Kinnard, revue Protéges-Vous, juillet 2020